CHUT>>>>

 

« Le corps comme être sexué »

 

La sexualité n’est pas le lieu d’un frottement des organes, elle n’est pas non plus traitée en tant que force motrice brute d’activités intellectuelles affinées, ce qui est une autre manière de la réduire, ou de ne pas l’envisager ; elle est rêverie, attirance, déploiement des représentations, élection fragile par un sujet incarné, d’un objet de choix, différent de tous les autres coloré d’une aimantation particulière, par lequel le monde entier, lui aussi, se pare de couleurs nouvelles. La sexualité est pour Merleau-Ponty désir et amour. Il n’y a pas d’organes sans amour, il n’y a pas d’amour sans désir. Nous sommes de plein pied dans ce milieu, ce chemin entre matière et esprit qui plus tard prendra faute de mieux le nom de « chiasme *».

voir aussi opposition Sartre - Merleau Ponty*

 

 

Agapè comme relève d'Éros ?

....... Les dangers d'un amour sans désir .....

 L’accueil de l’autre demeure une tâche infinie, exposée au mystère et à la promesse de la reconnaissance, par-delà tout arrangement institutionnel. Mais cette transcendance de toute immanence n’est jamais prétexte à mépriser la liaison de la transcendance avec l’immanence, dans l’humilité incarnée de la sociabilité organisée et de la descendance espérée, dans l’optique du Tiers promis au couple comme à tout homme adonné et orienté à Dieu.

 

 

 


 

 

.....les époux ont à se créer mutuellement dans le mariage maintenant non plus seulement comme époux, mais encore comme père et mère. ... 

 

Je ne sais si ailleurs on a jamais parlé de façon aussi juste et profonde des effets de la chasteté dans le mariage ( hcqs: ... la fidélité inconditionelle dans l'engagement du mariage ...): les époux ont à se créer mutuellement dans le mariage maintenant non plus seulement comme époux, mais encore comme père et mère.

 

Maurice Zundel

 

 

 

 

... il y a des choses qui valent la peine d’être défendues

...*

 

 “Le beau rend manifestes des lois secrètes de la nature qui, si elles n’apparaissaient pas, seraient restées éternellement cachées.” *

 

 

 

 

la trinité

Père-ENfant-Mère

 

 

 "beauté de l'amour

du couple en

RAPPORT CHASMIATIQUE 

-

 

 

 

 

c'est

le ""

où il faut sauter à

DEUX

 

 

 


"La préhistoire est encore en nous"

par Aldo Naouri

...... il ne peut y avoir de père pour un enfant qu’introduit comme tel auprès de cet enfant par la mère. Et qu’il ne peut y avoir d’encouragement sinon d’injonction, adressée à la mère pour l’amener à procéder à cette désignation, qu’à partir d’un consensus sociétal.

À défaut d’un tel consensus,elle reste livrée à son propre système pulsionnel qui date du tout début de nos fameuses 24 heures. Or, nos sociétés, qui confondent le inégalités, contre lesquelles il ne faut pas cesser de se battre, et les différences, qu’il faut absolument respecter, ont décidé d’effacer toutes les différences, abandonnant les mères à leurs pulsions, réduisant les pères à l’impuissance et laissant l’enfant évoluer dans la direction dont les civilisations ont cherché à le détourner ... Et ce d’autant que, à côté de la dialectique introduite par les ‘oui’ et les ‘pas-oui’, interviennent,du côté de l’enfant une étape physiologique délicate de son développement,et du côté de ses parents un état d’esprit. Jusqu’au stade du miroir, qui se situe entre neuf à onze mois selon les individus, le bébé se pense comme un morceau de sa mère. À partir de ce stade, il comprend qu’il est lui, coupé de sa mère. Percevant son immaturité et sa dépendance des soins de sa mère, il va être conduit à la penser effrayante d’êtresi puissante, si toute puissante. De crainte qu’elle ne le tue, il va dresser obstinément contre elle pendant des mois et des années sa propre toute puissance. Il rejettera tous les interdits qui lui sont posés et déploiera toutes ses pulsions sous forme de caprices. La manière dont la mère va réagir à son attitude est déterminante pour sa vie entière. C’est ce que je désigne comme un état d’esprit. Soit la mère est décidée à l’éduquer en bridant sans états d’âme ses caprices et parvient ainsi à corriger le scénario paranoïaque qu’il a été conduit à construire et à lui faire maîtriser et refouler ses pulsions. Soit elle se fait sa vestale et satisfait la moindre de ses demandes. Elle le séduit alors et le laissera livré sa vie entière à son système pulsionnel, faisant rapidement de lui un petit tyran domestique puis plus tard un pervers préoccupé par sa seule personne.....

par Aldo Naouri

 

 

 

... mais un problème...

u r g e n t 

u r g e n t 

u r g e n t 

... se pose ici et maintenant ...

 

 

..... Même au moment où la situation sera favorable par suite d’un affaiblissement de toutes les contraintes, il n’est pas dit, encore, que l’espèce soit capable de vraiment se réveiller tant elle aura été domestiquée. Cette peur de la trop grande domestication possible détruit toute espérance qui n’est que suicide planifié et étalé.

 

 

On ne peut pas attendre que la révolution ait éclaté pour entreprendre quelque chose. Il faut prendre au sérieux l’injonction de Bordiga:

se comporter comme si la révolution avait déjà eu lieu;

... il n’y a plus d’expériences à faire, à subir, qui seraient génératrices d’idées, de comportements nouveau . Il est clair, encore une fois, que dans l’immédiat, pratiquement, les possibilités sont réduites mais on peut au niveau de l’affirmation être le plus radical possible en balayant toutes les représentations anciennes et en remettant vivement en cause le mouvement intermédiaire entre communautés primitives et communauté humaine à venir.

Il faut, dès maintenant, entrer dans l’autre voie qui permet de se sauver et de constituer un pôle énergétique humain d’une part en puisant dans toute l’histoire les charges qui ont été émises lors de la rébellion contre le devenir du capital, d’autre part en portant à terme une convergence entre les différents éléments, non pour proclamer une solidarité révolutionnaire car celle-ci implique que les éléments sont atomisés, séparés, et qu’une certaine « éthique » permettra de les réunir 

 

....il s’agit de trouver

la communication immédiate et continue

ENtre-humains...


C’est cela qu’il faut acquérir, qui fait défaut et rend impuissants tous les groupements. Les hommes et les femmes se réunissent pour lutter contre quelque chose et c’est cet ennemi qui les unit, mais dès qu’ils doivent affronter leur positivité, leur œuvre réellement humaine, il y a faillite parce qu’ils n’ont plus de dimension humaine, ils sont trop étrangers les uns aux autres, trop réduits à particules du capital, inexpressives si ce n’est dans le champ d’action de celui-ci.

La difficulté à communiquer dérive à la fois de l’absence de contenu des êtres humains et de la présence de diaphragmes que sont les représentations, les rôles, les caractères, etc .....

        

La peur sous ses formes multiples peut conduire à une rébellion mais elle est en même temps inhibitrice ; elle paralyse l’élan qui ne peut engendrer tout ce qui devrait être. Il faut la reconnaître à la façon dont Marx disait qu’il fallait avoir honte de la situation sociale où il se trouvait, non

pour réaliser une ENtre-prise de conscience, mais pour rompre avec une dynamique qui nous broie.

 

>>> <<<

 

Étant donné que nous sommes parvenus à un point où en quelque sorte, l’espèce est prise au mot de son discours sur la conscience, sur la pensée, sur ses possibilités, sur son rapport à la nature et, qu’au fond,

les données de la solution résident ENTRE-dEUX ,

il ne reste qu’à paraphraser le vieux proverbe latin tant prisé d’Hegel et de Marx et dire à nous tous :

 

« C’est ici qu’est la peur,

c’est ici qu’il faut sauter ! »

 

 

 .... il nous faut réaliser ....

 

 

>>>>>>

 

 

 

 

 

 Ce n’est pas le langage qui est insuffisant, mais c’est en toute évidence notre ENtre-penser " femme-homme". *

 

µµµµµ* .... «La nature sans la culture, c’est de la sauvagerie pure. Essayons de rester civilisés»

.. par Réris Debray 17-01-2020   

 

 

 

 


 

NOUS qui voyons et ne voyons pas

entendon et n'entendons pas

 

ENtre-ouvrons

nos yeux et nos oreilles

 

 

 

 de

 

" l'éducation ouverte à la vie "

 

 

 

 

... révoltons-réveillons 

NOUS

" femme-homme-époux"

ENtre-CITOYENS* ...

 

 

Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée,...

C'est d'avoir une pensée toute faite

.      Péguy

 

 

 

 

OUI

à la "vraie grandeur*"

 ....du naturel à qui l' UNi-vers suffit à peine *...

  .-.d'INtérieur -à- INtérieur .-.     

     

 

NON 

aux "Fausses Grandeurs*"

 qui sont artificielles à qui il faut des "espaces"

CLOS *

 ---- d'EXtérieurs à EXtérieurs ----

 

 

..... autrement  dit  .....

 

 

OUI à la vision du couple chiasmatique de l'ENfant-PAIR-ENts ...

 NON à l'individualisme

 

OUI au local-global ..

.NON au global-local

 

OUI à la subsidiarité ...

NON à l'oligarchie

 

.....   EN attendant ce temps/espace ....

 

 

.....  ENtre-VOYONS-OYONS-EN .....

 

"ses ENtre-éclats"*

 la répartition ENtre

"les Fausses Grandeurs*" et " lA vraie grandeur*"

les ENtre-relations

       ---- d'EXtérieurs à EXtérieurs ----  et   .-.INtérieur à INtérieur .-.                          

 

 V V V V V V V V V V V V V V V V V V V V V

 

 

 

 

 LISTE

8888888888 des derniers "ECLATs" incorporées au site 88888888888

....à accès libre ou non  ...

.....classés par date d'incorporation ( ...ou de modification...)  au site ...

( entre parenthèse ( ..XX .) le nombre de consultation de la page au jour de la consultation de cette page ) ...

 

ATTENTION

  si vous voulez débloques l'accès aux pages "privées-proches"

....veuillez créer un compte" en cliquant ci-contre ...

 

 ....un ENtre...merci ...

... chaleureux ...

 

 

 ENtre les lignes ci-dessous  

Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y