upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/...

>>>> kaléidoscopique <<<<

 

>>>>>>>>>>>>>>>

 

“Between stimulus and response there is a space. In that space is our power to choose our response. In our response lies our growth and our freedom.”

Attribuée à Viktor E. Frankl.

 

« EN  TouT *** , seuls comptent le commencement et le dénouement, le faire et le défaire. La voie vers l’être et la voie hors de l’être, c’est cela la respiration, le souffle, alors que l’Être comme tel n’est qu’un étouffoir»

Cioran, De l’inconvénient d’être né *

  

 

 

 upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/...

de

    dia &*lectique

0

 

 ....de l'ART de VIVRE...

h ou f

EN    

      ?...  mono-COQ ou  homo-COQUES... ? 

1

 

épilogue &* prologue

2

 

 ... amour&miséricorde*.... choix-engagement .... mariage ....   

&*

 ....individualisme .... liberté-égalité-fraternité-démocratie ....

   
 X  

..........fragments de  & en ...EN émergence ....

 

 

 

               ....  Il était père d'une famille nombreuse. A l'arrivée des Européens, il laissa tomber des regards de dédain sur eux, sans marquer ni étonnement, ni frayeur, ni curiosité. Ils l'abordèrent ; il leur tourna le dos et se retira dans sa cabane son silence et son souci ne décelaient que trop sa pensée : il gémissait en lui-même sur les beaux jours de son pays éclipsés. Au départ de Bougainville, lorsque les habitants accouraient en foule sur le rivage, s'attachaient à ses vêtements, serraient ses camarades entre leurs bras, et pleuraient, ce vieillard s'avança d'un air sévère, et dit pleurez, malheureux Tahitiens ! pleurez ; mais que ce soit de l'arrivée, et non du départ de ces hommes ambitieux et méchants : un jour, vous les connaîtrez mieux. Un jour, ils reviendront, le morceau de bois que vous voyez attaché à la ceinture de celui-ci, dans une main, et le fer qui pend au côté de celui-là, dans l'autre, vous enchaîner, vous égorger, ou vous assujettir à leurs extravagances et à leurs vices ; un jour vous servirez sous eux, aussi corrompus, aussi vils, aussi malheureux qu'eux. Mais je me console ; je touche à la fin de ma carrière ; et la calamité que je vous annonce, je ne la verrai point. O Tahitiens ! mes amis ! vous auriez un moyen d'échapper à un funeste avenir ; mais j'aimerais mieux mourir que de vous en donner le conseil. Qu'ils s'éloignent, et qu'ils vivent. >>>>>>>>>>>>>>>>

 

 

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

 

.

.

.

.