<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

 

 

 

 

 

 

L'homme est un être qui cherche.

 

 Pelerin-chemin-de-saint-jacques

 

Toute son histoire le confirme. Même la vie de chacun de nous en témoigne. Nombreux sont les champs où l'homme cherche et recherche, et puis trouve ; et parfois, après avoir trouvé, il recommence à chercher. Parmi tous ces champs dans lesquels l'homme se révèle comme un être qui cherche, il en est un, plus profond. C'est celui qui pénètre le plus intimement dans l'humanité même de l'être humain. Et c'est le plus lié au sens de toute la vie humaine. L'homme est l'être qui cherche Dieu.

Diverses sont les voies de cette recherche et multiples les histoires des âmes humaines proprement sur ces voies. Celles-ci semblent parfois très simples et proches. D'autres fois elles sont difficiles, compliquées, lointaines. Parfois l'homme parvient facilement à son « eurêka » : « j'ai trouvé ». Parfois il est en lutte avec les difficultés comme s'il ne pouvait comprendre ni soi-même ni le monde, et surtout comme s'il ne pouvait comprendre le mal qu'il y a dans le monde. On sait que même dans le contexte de la Nativité ce mal a montré sa face menaçante.

De nombreux hommes ont décrit leur recherche de Dieu sur le chemin de leur propre vie. Plus nombreux sont ceux qui se taisent, considérant comme leur propre secret, le plus profond, le plus intime, tout ce qu'ils ont vécu le long de cette voie : l'expérience qu'ils ont faite, comment ils ont cherché, comment ils ont perdu la bonne direction et comment ils l'ont retrouvée.

L'homme est l'être qui cherche Dieu.

Et même après l'avoir trouvé, il continue à le chercher.

Et s'il le cherche avec sincérité, il l'a déjà trouvé ; comme dans une célèbre pensée de Pascal, Jésus dit à l'homme

« Console-toi, tu ne me chercherais pas, si tu ne m'avais déjà trouvé ».

C'est cela la vérité sur l'homme. On ne saurait la falsifier. On ne peut même pas la détruire. Il faut la laisser à l'homme parce qu'elle le définit.

 

>>>>> ***<<<<<

 

Le héros comprend son désir parce qu’il n’y a rien sur cette terre des vivants qui puisse le satisfaire. L’offense était dans son être, mais l’humilité efface l’humiliation.

La conclusion du roman, « est le temple de cette vérité »....

>>>René Girard<<<

 

 

....  pour l'homocoques, « le temple de cette vérité »

 

 ÊST 

(….. (*ÊSTre*)  ENtre & DEUX  (*ÊSTre*)….. ) *

 

 

 

Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, Les étapes dans le Roannais

 

 

 

 "Live in Zagreb"

FULL Classical Concert*

par Hauser*

 

 

 >>prochain pilier>>>>>>>

 

 

 CORRELATs

  • ..... ATTENTE de DIEU ....et ENRACINEMENT......... SIMONE WEIL ...

  • ..... Les 9 piliers de vie à équilibrer

  • Quand nous voulons nous embarquer, nous demandons un bon vent pour avancer et faire route. En l'attendant, nous demeurons là tout consternés, et nous allons souvent regarder quel vent souffle. « Eh ! toujours un vent du nord ! Que faire de ce vent du nord, qui nous est si contraire ? Quand viendra le vent du couchant ? » -- Mon ami, il viendra quand il lui plaira, ou plutôt quand il plaira à celui qui en est le maître. Es-tu le dispensateur des vents, comme un autre Éole ? Nous n'avons à faire que ce qui dépend de nous, et à user de toutes les autres choses comme elles nous arrivent.
    Entretiens, Livre I, III.

 

.

.

.

.