Charge mentale chez l'enfant : « Laissez-leur le temps de grandir ! »

ENTRETIEN. Une psychologue parle pour la première fois de la « charge mentale » que les enfants subiraient face aux exigences de leurs parents.

Par Émilie Trevert
Publié le | Le Point.fr

>>>>>>>>>>>>>Le Point>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Entre son cours d'anglais, son cours de chinois et son cours de violon, Jules, 6 ans, lutte pour ne pas s'endormir à l'école. Bien sûr, il a envie d'être aussi « intelligent » que ses parents, il ne veut pas « devenir un SDF », mais il « n'aime pas du tout le violon »… Églantine, 10 ans, décrite par ses parents comme une « performeuse », enchaîne les cours de musique, de langue, les ateliers découverte avec sa nounou trilingue et les musées le dimanche avec ses parents… Elle avoue, épuisée : « Je n'ai plus de place dans mon cerveau. » Angèle, 8 ans, est « une battante » qui multiplie les compétitions de gym, de judo, de natation et de danse classique parce que son papa lui a dit que, « pour être belle, il faut faire du sport »… Mais, à l'école, elle est souvent seule dans la cour de récré.

Avec des exigences toujours plus élevées, les parents, et les adultes en général, n'en demandent-ils pas trop aux enfants ? C'est la question que s'est posée Aline Nativel Id Hammou à force de recevoir dans son cabinet de petits d'hommes épuisés, tristes, anxieux, agités, parfois mutiques ou carrément déprimés.

 

Cette psychologue clinicienne de Nanterre, qui intervient également auprès de membres du personnel soignant souffrant de burn-out, ose pour la première fois parler de « charge mentale » chez l'enfant. De quoi faire sourire certains adultes… « On parle de la charge mentale des femmes, de celle des familles. Pourquoi l'enfant n'entrerait-il pas dans ce type de tableau clinique ? » s'interroge Aline Nativel Id Hammou. En quatre ans de pratique, elle a mis cette « hypothèse diagnostique » sur près de cinquante enfants. Si ce chiffre n'est pas assez significatif pour démontrer une tendance, avec son livre La Charge mentale des enfants*, la psychologue veut alerter les parents sur les dangers de l'hyperstimulation : « Vos exigences parfois démesurées, car inadaptées à l'âge (de l'enfant), mais aussi vos angoisses peuvent le mettre en difficulté. » Entretien.

Le Point : Comment définir la charge mentale chez l'enfant ?

 
Aline Nativel Id Hammou : C'est à peu près la même chose que chez l'adulte : ce sont des opérations mentales obligatoires et nombreuses, qui demandent un effort de concentration, de compréhension et d'adaptation à l'enfant et qui ne sont presque pas contrôlables. Évidemment, l'enfant ne va pas penser, comme un adulte, à aller faire les courses ou à aller chez le médecin… Mais il va raisonner en ces termes : « Il faut », « Je dois ». Et ces pensées-là l'accompagnent toute la journée : du réveil jusqu'au coucher, voire dans ses rêves qui deviennent des cauchemars. Ce sont des espèces de ruminations mentales : « Il faut que je fasse ça bien », « Il ne faut pas que j'oublie telle chose »… C'est un syndrome qui va toucher toutes les sphères de sa vie. Tout va devenir source de stress, charge, oppression. Tout va le saturer.

L'enfant va dire oui à tout et, une fois tout seul, il va s'écrouler !

Mais ce genre de pensées n'encombre pas les enfants en bas âge, si ?

Chez les plus petits, cela va se traduire non pas par des pensées, mais par des troubles du comportement. Ils vont dire « non », ils vont faire des crises de colère phénoménales car ils ont beaucoup de mal à gérer leurs émotions, ils vont s'isoler, vont dire « Je suis fâché ! »… Et, très souvent, cela va s'accompagner par une perte de plaisir : l'enfant ne va plus s'ouvrir, plus vouloir jouer, ni faire de câlins… Il va peu à peu se retirer, car il sent une espèce de pression sur lui qu'il ne comprend pas.

 

Cela peut arriver très tôt, dès que l'enfant sort du huis clos familial et qu'il entre dans la sphère sociale. Les parents vont entendre des remarques de la part soit des assistantes maternelles, soit des enseignants (« Tiens, l'enseignante à la maternelle me dit que mon enfant n'est pas très sociable ») qui vont leur faire comprendre que leur enfant n'est pas conforme aux attentes de la société. Les parents vont donc essayer de rendre leur enfant « plus conforme » en le stimulant davantage.

Lire aussi Éducation : la France, championne du soutien scolaire privé

Chez les plus grands, vous dites qu'il est difficile de repérer s'ils souffrent de charge mentale. Ils peuvent être étiquetés « hyperactifs », notamment.

 

Concrètement, ils vont se conformer, donc les symptômes ne sont pas évidents à déceler. Ils vont avoir tendance à masquer leur souffrance, car ce qu'ils veulent, c'est faire plaisir aux adultes, les rendre fiers. Ils vont faire beaucoup d'efforts, donc beaucoup se fatiguer. L'enfant va dire « oui » à tout, il va coopérer et, une fois tout seul, il va s'écrouler ! Ou alors se mettre à pleurer alors que vous venez de lui faire un cadeau. Il y aura une espèce de dissonance entre ses émotions et son comportement ; tout son mal-être, il va l'exprimer dans des situations inadaptées. Il aura des problèmes de sommeil : hypersomnie ou insomnie, cauchemars récurrents dans lesquels l'enfant se voit en échec, ou pourchassé… Enfin, il pourra manifester des troubles anxieux : être toujours dans une anticipation négative de ce qui va lui arriver, perdre plaisir dans ses activités, voire régresser (sucer son pouce, vouloir un biberon, souffrir d'énurésie, d'encoprésie…).

Cela peut-il même mener à la dépression ou au burn-out chez l'enfant ?

Oui, et j'insiste aussi sur les idées suicidaires, j'ai un boom de consultations à ce sujet. Depuis un an, j'en vois chez des pré-ados (10-12 ans) alors qu'en principe cela arrive plus tard. Chez ces jeunes patients, je découvre à chaque fois qu'ils ont subi depuis leur petite enfance une pression dans leur quotidien. Bien sûr, l'idée suicidaire est pulsionnelle à cet âge-là, ce n'est pas planifié. L'enfant ne veut pas que sa vie s'arrête, il veut juste que son mal-être s'arrête.

Lire aussi QI : faut-il mesurer son intelligence et celle de ses enfants ?

Comment les parents réagissent-ils quand vous posez le diagnostic de charge mentale ?

Il y a deux sortes de réactions : « Ce n'est pas possible, vous dites n'importe quoi ! Je fais tout pour son bien ! » Ou, au contraire, un parent qui s'écroule et qui soudain prend conscience et culpabilise, ou parfois des couples qui se rejettent la faute…

Sommes-nous devenus trop exigeants par crainte de l'avenir ou par peur de reproduire des schémas familiaux ?

Le phénomène de projection est présent chez quasiment tous les parents. L'angoisse de l'avenir aussi : la sécurité intérieure, le chômage, l'environnement, l'argent, le travail… Sans compter les angoisses, alimentées par la presse et l'édition, du type « mon enfant est-il hyperactif, haut potentiel, hypersensible… ? ». Toutes ces craintes, cette agitation des adultes, l'enfant ne les comprend pas, car il est vraiment ancré dans le présent. Tout cela dans un contexte de nouvelle parentalité, de bienveillance, d'éducation positive qui va finalement davantage compliquer la vie des adultes et, par ricochet, celle des enfants.

Les parents ont compris que l'enfant était une personne, mais attention : ce n'est pas une grande personne !

L'éducation positive ne serait-elle pas si positive ?

Dans l'absolu, je suis tout à fait pour, mais, au quotidien, cela peut être une contrainte, voire une charge. Car l'appliquer du lundi au vendredi est quasiment une mission impossible ! Cela revient dans la bouche des parents qui viennent consulter, ils s'astreignent à être « rigoureux » avec ces « outils » et ces « méthodes ». La notion de responsabilité est aujourd'hui plus importante ; les parents subissent cette pression de la société qui leur dicte d'être un parent parfait. Ils se disent, par exemple : « Si je crie, c'est que je suis un mauvais parent. » Cela entraîne beaucoup de culpabilité.

Les parents s'informent et savent désormais beaucoup de choses sur la psychologie de l'enfant, ils ont compris que l'enfant était une personne, mais attention : ce n'est pas une grande personne ! Et ça, certains ont du mal à l'intégrer. Surtout quand l'enfant commence à dire « non, je veux ! », « non, je préfère »… Souvent, c'est à ce moment-là que les parents oublient la bienveillance et lâchent : « C'est comme ça, c'est les parents qui décident ! »

Lire aussi Strauch-Bonart – La culture est aussi scientifique

On voudrait que l'enfant soit autonome et épanoui et, dans le même temps, obéissant et bon à l'école…

C'est le grand paradoxe des parents d'aujourd'hui ! L'injonction numéro un, c'est : « Sois grand, mais ne la ramène pas trop ! » En tout cas, pas trop souvent, et de préférence quand c'est moi qui l'ai décidé…

Subir trop de charge mentale, en gros devenir grand trop tôt, comporte-t-il des risques à long terme pour l'enfant ?

Quand un enfant saute des étapes, il va plus ou moins essayer de se conformer à ce qu'on attend de lui, il va se mobiliser cognitivement, émotionnellement, physiquement… Ce qui va amener beaucoup de fatigue globale, voire une dépersonnalisation. Il n'aura pas le temps de construire sa personnalité. Cela va devenir un « fétiche », il fera toujours plaisir aux autres, ce sera un petit robot « bien comme il faut », mais il risque de perdre le plaisir, le désir, la légèreté, liés à son âge… C'est extrêmement dépersonnalisant.

Les enfants sont très intuitifs. Pourquoi les forcer ?

Mais tous les enfants ne vont pas « se conformer » aussi facilement, certains sont plus rebelles…

Oui, cela dépend de l'âge et des tempéraments. Mais les enfants savent en général à cause de qui ils ne vont pas bien, c'est plus compliqué de l'exprimer. Ils peuvent dire « non, je ne veux pas », mais plus difficilement « tu me fais du mal ».

Cela ne fait-il pas partie du rôle de parent de pousser son enfant pour qu'il réussisse ?

Je dis toujours aux parents : « Vous avez vos centres d'intérêt, vous aimeriez que votre enfant aime la musique, excelle au foot, se passionne pour les dinosaures… c'est normal, il y a une envie de partage, de transmission. C'est bien de proposer à son enfant, mais, s'il n'est pas réceptif, il ne faut pas lui imposer. » Les enfants sont très intuitifs. Pourquoi les forcer ? Ils savent rapidement si une activité leur plaît ou non. Ou alors ils vont juste y aller pour faire plaisir ou l'aimer moyennement.

Pour les devoirs, bien sûr, c'est une nécessité. Après, certains parents ne le font pas par plaisir, ils peuvent s'agacer, soupirer, regarder leur montre… Il est nécessaire de faire des compromis avec l'enfant pour qu'il accepte mieux la contrainte que l'adulte lui impose. Plus votre enfant sera impliqué, plus il prendra plaisir. L'enfant fonctionne au plaisir, à l'intérêt, on a tendance à l'oublier. Beaucoup de parents sont malheureusement dans l'éducatif pur et dur et se transforment en gendarmes. Résultat : tout le monde perd du plaisir à être ensemble et à faire ensemble.

Quels conseils donneriez-vous aux parents ?

Allégez l'emploi du temps de vos enfants, arrêtez de leur dire « dépêche-toi » (la notion du temps est une notion très complexe que l'on n'acquiert pas complètement avant 11-12 ans), réduisez les temps devant les écrans, faites des pauses, passez plus de moments en famille… Et, surtout, laissez à vos enfants le temps de grandir !