Les images satellite montrant la démolition de Yarchen Gar.

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Les images satellites et des témoignages récents recueillis par les ONG spécialisées sur le Tibet confirment la destruction, l’été dernier, d’un quartier entier de la cité monastique tibétaine de Yarchen Gar, en Chine. Ils révèlent également l’expulsion de milliers de nonnes ou de pratiquantes bouddhistes, résultat d’un processus de reprise en main initié en 2016 et qui a déjà conduit à des démolitions et des expulsions dans l’autre grande cité monastique de la région, celle de Larung Gar, à 300 kilomètres de là.

Toutes deux situées dans la partie tibétaine de la province du Sichuan, la préfecture de Gardzé, l’un des grands foyers de protestation depuis 2008, elles sont connues pour l’enseignement de leurs lamas de l’école Nyingma, la plus ancienne des cinq écoles du bouddhisme tibétain.

« Sinisation » du bouddhisme tibétain

Au moins 10 000 personnes vivaient à Yarchen Gar, en grande majorité des nonnes, dans des maisonnettes en briques ou en planches de bois construites dans la boucle d’une rivière, à 4 000 mètres d’altitude, sous une statue géante de Padmasambhava, l’introducteur du bouddhisme tantrique au Tibet au VIIIe siècle. Les moines, moins nombreux, n’ont pas le droit d’habiter dans le centre, et logent en périphérie. Un institut bouddhique, des cabines de méditation à flanc de colline, mais aussi des auberges et des boutiques de vêtements religieux forment le reste des habitations.

Lire aussi Les moines tibétains de Yarchen Gar sous l’œil de Pékin

L’association Free Tibet a publié, sur son site Internet, des images satellites montrant les démolitions ayant eu lieu avant et après le mois d’août : sur les prises de vue les plus récentes, on voit que la partie du site qui longe la rivière a été complètement rasée. Les sources locales citées par les chercheurs font état de 3 500 expulsions – les nonnes étant le plus souvent renvoyées dans leur région d’origine après une session d’« éducation patriotique » – lors de laquelle leur est inculquée la vision restrictive du Parti communiste sur les religions. Le service en tibétain de Radio Free Asia, la radio américaine, évoque la démolition de 6 000 structures.

« Ces démolitions font partie de la mise au pas de la religion tibétaine- et aussi d'autres religions .....

La suite est réservée aux abonnés.du Monde