>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

VIDÉO. L'histoire se répète : le prince Napoléon épouse aux Invalides la descendante des empereurs d'Autriche. Comme l'Empereur et Marie-Louise…

Ce samedi, les Invalides vont renouer avec l'histoire : le prince Jean-Christophe Napoléon, arrière-petit-neveu de Napoléon Ier, va convoler avec la comtesse Olympia d'Arco-Zinneberg, descendante des Habsbourg, à deux pas de la tombe de l'Empereur… L'office privé aura lieu à 11 heures dans la cathédrale des Invalides, sous l'autorité de Mgr Antoine de Romanet, évêque aux armées, en présence des familles et de nombreux représentants du gotha de la vieille Europe impériale et royale… Le magazine Point de vue annonce la venue de l'archiduc d'Autriche-Este, de la princesse Astrid de Belgique, des Bourbon-Siciles, et des délégués des familles royales et princières comme celles des Windsor, du Luxembourg, du Liechtenstein et de la Grèce. À l'issue de la cérémonie, une réception réunira les invités dans les salons d'honneur des Invalides.

Le couple avait fait bien malgré lui la une des médias au printemps dernier en se faisant dérober à Paris la bague de fiançailles, que le marié avait offerte à sa promise : un diamant de 40 carats, provenant d'un diadème de l'impératrice Eugénie, l'épouse de Napoléon III, évalué à un million d'euros, qui sera finalement retrouvé par la police quelques jours plus tard…

 

Sur les traces de l'Empereur

Par leur naissance, les mariés sont apparentés aux plus illustres dynasties qui ont, à un moment donné, dirigé l'Europe. La comtesse Olympia est ainsi l'arrière-petite-fille du dernier empereur d'Autriche Charles Ier et de l'impératrice Zita, mais également l'arrière-nièce de l'impératrice des Français Marie-Louise d'Autriche, que Napoléon épousa en 1810 pour asseoir sa dynastie avec une archiduchesse autrichienne – ce fut la cause de son brutal divorce avec Joséphine. Deux siècles plus tard, l'histoire semble se répéter avec une nouvelle union entre les Bonaparte et les Habsbourg, moins politique celle-là… « C'est une histoire d'amour avant d'être un clin d'œil de l'histoire, confiait récemment le prince Napoléon au Figaro. Notre mariage est à l'image de beaucoup d'autres couples d'aujourd'hui de différentes nationalités européennes. Ceci est le fruit de la réconciliation et de la construction européenne, auxquelles je tiens énormément. »

Jean-Christophe Napoléon, 33 ans, descend du prince Jérôme, le plus jeune frère de l'Empereur – la dynastie en ligne directe de Napoléon Ier a disparu avec la mort de l'Aiglon en 1832. Il est le chef de la maison impériale depuis que son grand-père a fait de lui l'héritier dynastique, aux dépens de son propre fils. Diplômé de HEC et de Harvard, financier de formation, le prince Napoléon participe régulièrement à des commémorations officielles, tout en gardant un œil sur les problèmes politiques des Français… « Mon nom n'appartient à aucun parti, il appartient à la France, jugeait-il dans le Figaro. Pour moi, Napoléon, c'est l'idée de progrès. Les Bonaparte ont toujours été des hommes modernes, des avant-gardistes qui faisaient avancer leur époque et des personnages qui ont construit leur vie avec une incroyable liberté. J'ai la ferme intention de poursuivre dans ce sens cet héritage… »