>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>17.09.19>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

Editorial du « Monde ». Pendant les années de guerre froide, les démocraties occidentales dénonçaient à juste titre la surveillance massive mise en œuvre par les régimes totalitaires de l’Est, et offraient l’asile aux dissidents qui protestaient contre ces pratiques liberticides.

Quelques décennies plus tard, la dystopie orwellienne d’une disparition de la vie privée est en voie de se concrétiser dans le monde entier, sous la pression d’agences de renseignement étatiques, avec la complicité des géants de l’Internet. La révélation de ce grignotage des libertés publiques doit beaucoup à Edward Snowden, informaticien surdoué devenu ennemi public dans son pays, les Etats-Unis.

En 2013, les documents secrets qu’il a communiqués à la presse ont révélé la surveillance généralisée opérée par l’Agence de sécurité américaine (NSA), jusque-là son employeur. Dans l’après-11-Septembre, profitant de la généralisation d’Internet et de capacités de stockage exponentielles, les services de renseignement se sont lancés secrètement dans la captation systématique des communications, sans le moindre contrôle démocratique.

Lire aussi Ce que les « révélations Snowden » ont changé depuis 2013

Les révélations d’Edward Snowden ont déclenché une prise de conscience, non seulement des pouvoirs politiques, parfois eux-mêmes piégés par les services de renseignement de pays alliés, mais surtout des opinions publiques. Elles ont ouvert les yeux sur le rôle ambigu des GAFA et ouvert la voie à la contre-offensive naissante des Etats, dont la souveraineté se trouve grignotée par les ambitions de Google ou de Facebook.

Une procédure de protection exceptionnelle existe

Qu’Edward Snowden, en vol vers un asile sud-américain voilà six ans, ait finalement trouvé refuge à Moscou, où il avait fait escale, à la suite de la confiscation de son passeport par les Etats-Unis, n’y change rien : le plus célèbre des lanceurs d’alerte a puissamment aidé le monde à se mobiliser pour la préservation des libertés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Edward Snowden publie ses Mémoires : « Nous – moi, vous, nous tous – étions trop naïfs »

Rappelant qu’il avait demandé en vain l’asile à la France du temps de François Hollande, M. Snowden a déclaré, lundi 16 septembre sur France Inter, qu’il « aimerait beaucoup que M. Macron [lui] lance une invitation ». De fait, la France s’honorerait de l’accueillir sur son sol et de le protéger.

En 2013, l’ancien président de la République avait rejeté sa demande, en alléguant de la non-présence d’Edward Snowden sur le territoire français, condition de la mise en œuvre de la convention de Genève sur l’asile.

Mais la France dispose depuis 1946 d’une procédure de protection exceptionnelle dont peut bénéficier « tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté », sans condition de présence. La garde des sceaux, Nicole Belloubet, s’est dite favorable à une telle formule, tout comme la députée européenne macroniste Nathalie Loiseau, pour qui Edward Snowden « a rendu service à l’humanité ».

Lire aussi Edward Snowden « aimerait beaucoup » qu’Emmanuel Macron lui accorde l’asile

Il n’est pas question de nier le choc que constituerait l’accueil en France de M. Snowden, inculpé aux Etats-Unis pour espionnage, ni les conséquences potentielles d’une telle décision sur la coopération en matière de renseignement.

Le sort du lanceur d’alerte ne doit pas non plus faire oublier que les pays autoritaires, comme la Russie ou la Chine, sont les premiers à utiliser l’Internet pour réprimer leurs citoyens. Justement, les démocraties occidentales ne peuvent laisser à Vladimir Poutine l’image de protecteur du combattant de la liberté qu’est Edward Snowden. En lui ouvrant l’asile, Emmanuel Macron trouverait un moyen de concrétiser ses discours sur les droits de l’homme, « bien commun de toute l’Europe », et sur la singularité de la France dans le monde.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Edward Snowden, informaticien surdoué et patriote américain déçu

Le Monde