<<<<<

190724

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

Commentaires

Ronald

Pour la psychanalyse, prière de ne pas jeter le bébé avec (toute) l'eau du bain (par ailleurs effectivement très pollué), merci !
Rire.

Pour le reste, la pensée interdite est une évidence.

Objectivement les prévisions concernant l'avenir pourraient être on ne peut plus optimistes : les conditions moyennes de vie sur terre vont encore s'améliorer considérablement, plus vite, avec des inédits actuellement inconcevables.

La situation globale quand ceux qui naissent maintenant auront notre âge sera plus inimaginable (en conditions d'existence moyennes positives) par nous tous que ne l'était la situation moyenne actuelle des humains pour les gens nés en 1944 ou 1949.
Clin d'œil.

Rien que le nucléaire, le libre-échange sans frein abusif, et l'abandon de pratiques agricoles millénaires pour des solutions pratiques déjà disponibles, saines, économiques, rendrait la terre à la terre et la nature à la nature et effacerait progressivement le réchauffement climatique d'origine humaine.

Le grand obstacle c'est l'ignorance, la mésinformation bien davantage que la désinformation, les limites cognitives collectives et la quasi souveraineté des grandes tendances de l'opinion publique, laquelle est fonction de la systémique informative et de la mode du prêt à penser médiatiquement acceptable.

Robert Sablong

Toutes nos félicitations pour ce billet..

l'homocoques.fr

N.

Le débat scientifique sur le changement climatique a déjà eu lieu il y a une dizaine d'années, et l'immense majorité des spécialistes reconnaît à la fois la réalité du dérèglement et la responsabilité de l'activité humaine.

Le vrai débat, aujourd'hui, porte plutôt sur la nature des réformes à accomplir pour limiter le réchauffement climatique et notamment sur la politique énergétique à suivre : place des énergies renouvelables, utilisation ou non du nucléaire, etc.

Dominique


Ici la loi limite la liberté d'expression ... pourtant constitutionnelle ! Alors que la Constitution des USA interdit précisément à la loi de limiter la liberté d'expression.


Encore une fois la loi française opprime la liberté. Et l'occupant de l'Elysée en rajoute à l'arsenal juridique repressif.


Premier amendement à la Constitution des Etats-Unis, 1791 : « Le Congrès ne pourra faire aucune loi ayant pour objet l'établissement d'une religion ou interdisant son libre exercice, de limiter la liberté de parole ou de presse, ou le droit des citoyens de s'assembler pacifiquement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour qu'il mette fin aux abus ».

Ce qui permet aux Américains de toujours pouvoir traiter de tout, en privé et en public : pas de pensée interdite ! Tout peut être dit ! Pas de procès et pas de condamnation ni pénale ni civile pour outrage, diffamation etc. !

Même si depuis peu des universités gauchistes tentent de bâillonner le "free speech" des étudiants conservateurs. Si les Antifas sont de plus en plus violents dans la rue ... mais un projet de loi prévoit de déclarer les Antifas comme organisation terroriste.

Et si Google Facebook Twitter etc. expulsent les libres conservateurs ... mais c'est parti : le Département de la Justice démarre une action contre ces géants - le contraire de la censure qu'a négocié l'Elysée avec eux - et d'autres réseaux numériques sont apparus qui respectent la libre expression.