La construction de la tour Triangle doit générer la création de 5000 emplois, promet la maire de Paris Anne Hidalgo

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

La justice a rejeté les accusations d’«illégalité» prononcées par plusieurs associations. La construction de cette tour de 180 mètres de haut qui doit héberger des hôtels et des bureaux, doit être finalisée en 2021.

1/5

Après «The Link», le projet de plus haute tour de France, c’est la construction d’une autre tour qui a reçu le feu vert. Le tribunal administratif a validé le projet de construction de la Tour Triangle dans le sud de Paris, qui doit héberger hôtel de luxe et bureaux dans un immeuble d’environ 180 mètres de hauteur, selon une décision qu’il a rendue ce lundi. «Le permis de construire de la Tour Triangle n’est pas entaché d’illégalité», indique le tribunal, rejetant ainsi les recours de trois associations - SOS Paris, France Nature Environnement Ile-de-France et association pour le Développement harmonieux de la porte de Versailles et ses environs.

Celles-ci estimaient que l’étude d’impact du projet était «insuffisante» et la procédure suivie entachée d’irrégularités. La mairie de Paris avait ainsi été accusée d’avoir accordé un permis de construire sans mise en concurrence. Des arguments rejetés par la justice qui estime que la «mairie de Paris n’a pas commis d’erreur manifeste d’appréciation en considérant que le projet de la Tour Triangle n’est pas de nature à porter atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants» et monuments. Concernant le recours relatif au bail, le tribunal a estimé «qu’il n’était pas compétent» pour statuer dans la mesure où le contrat «n’est pas un contrat administratif, mais un contrat de droit privé soumis au code de la construction et de l’habitation».

» LIRE AUSSI - Ce discret décret qui va accélérer la construction de la tour Triangle à Paris

Avec la cité judiciaire, «la Tour Triangle fait partie de ces nouvelles constructions qui dessinent ce nouveau Paris», s’est réjoui un des défenseurs du projet, l’adjoint à la mairie de Paris en charge de l’urbanisme, Jean-Louis Missika. La première pierre de la tour doit être posée avant 2020, en vue d’une ouverture avant les Jeux Olympiques de 2024.

Cet édifice de 180 mètres de haut et 42 étages, signé des architectes suisses Herzog et de Meuron, hébergera un hôtel quatre étoiles de 120 chambres avec un «sky bar», 2200 mètres carrés d’espace de «coworking» et un équipement culturel de 540 m2. À titre de comparaison, la future plus haute tour de France mesurera 244 mètres. La tour First (231 mètres de haut) et la tour Montparnasse (210 mètres) complètent le podium. La construction du gratte-ciel, qui représente un investissement privé de 500 millions d’euros, doit générer la création de 5000 emplois, selon Anne Hidalgo.

» LIRE AUSSI - Le projet de plus haute tour de France décroche son feu vert