>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Le nom de l'ère impériale qui accompagnera le règne de l'empereur Naruhito après l'abdication dans un mois de son père Akihito se prononce «Reiwa», dont les deux idéogrammes peuvent signifier «agréable» ou «ordre» et «harmonie» ou «paix».

«Cela signifie la naissance d'une civilisation où règne une harmonie entre les êtres», a précisé en conférence de presse le Premier ministre Shinzo Abe. L'orthographe en alphabet romain reste à confirmer. «Le printemps vient après l'hiver sévère, ce nom veut marquer le début d'une période qui déborde d'espoir», a-t-il ajouté.

Le terme est tiré d'un court poème japonais «waka» faisant référence à la nature, extrait du plus ancien recueil de poèmes japonais appelé Manyoshu. «C'est la première fois qu'il s'agit d'un terme issu de textes japonais» et non chinois, a précisé le chef du gouvernement, souvent qualifié de nationaliste, se disant «fier de la longue histoire du Japon».

Une réflexion de plusieurs mois

L'appellation de cette ère, dont la révélation est en soi un événement historique pour les Japonais, est le résultat d'une réflexion de plusieurs mois entre experts, personnalités d'origines diverses et dirigeants politiques.

«C'est un nom magnifique», a commenté devant les caméras de la chaîne publique NHK le prix Nobel de médecine, Shinya Yamanaka, qui faisait partie des neuf membres du comité de personnalités.

L'annonce a été faite vers 11H40 locales par le secrétaire général et porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, qui a brandi devant les caméras un document encadré sur lequel étaient calligraphiés les kanjis (idéogrammes) choisis.

Akihito empereur émérite

Le tout a été diffusé sur les chaînes de télévision et des espaces publics similaires à des «fans zones» ont été installées dans plusieurs lieux du Japon.

Ce nom accompagnera le règne de Naruhito qui débutera le 1er mai pour succéder à Akihito, dont l'ère est «Heisei» («parachèvement de la paix»).

Le décret définissant le nom de la nouvelle ère, qui débutera le 1er mai, est signé par l'actuel empereur Akihito. Le 30 avril, lorsqu'il abdiquera et que débutera le lendemain l'ère «Reiwa», Akihito portera le titre d'empereur émérite, a précisé l'Agence de la Maison impériale.

LIRE AUSSI :

>> L'empereur japonais Akihito abdiquera le 30 avril 2019

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Japon: «Reiwa», une nouvelle ère qui célèbre l'harmonie

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Le nom de la nouvelle ère impériale a été annoncé lundi. Elle accompagnera le règne de l'empereur Naruhito, après l'abdication de son père Akihito.

«Heisei» laissera la place à «Reiwa». Le nom de la nouvelle ère impériale a été révélé ce lundi par le secrétaire général et porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga. Les deux idéogrammes choisis, «rei» et «wa», peuvent signifier «agréable» ou «ordre» et «harmonie» ou «paix». Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, y voit un symbole d'espoir. «Le printemps vient après l'hiver sévère, ce nom veut marquer le début d'une période qui déborde d'espoir», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

 

» LIRE AUSSI - «Reiwa»: un nom symbole d'espoir pour la nouvelle ère du Japon

«Reiwa» accompagnera le règne de l'empereur Naruhito, qui débutera le 1er mai, le lendemain de l'abdication de son père, Akihito, premier empereur à renoncer au pouvoir depuis deux siècles. L'attente était fébrile au Japon, où les pronostics allaient bon train. La révélation de l'appellation, gardée secrète jusqu'à la dernière minute, a donné lieu à une mise en scène. Yoshihide Suga a brandi un panneau encadré sur lequel étaient inscrits les deux caractères calligraphiés «rei» et «wa». Elle a été diffusée sur les chaînes de télévision mais aussi dans des espaces publics comparables aux «fans zones» utilisées notamment lors de compétitions sportives.

 

D'où vient la pratique des ères?

Le Japon a connu près de 250 ères, ou «gengo» en japonais. Elles sont bien plus nombreuses que le nombre d'empereurs, 125 officiellement recensés, puisqu'il était courant de changer de nom après une catastrophe naturelle ou une guerre, par exemple. Le pays du Soleil Levant est le seul État à continuer d'utiliser cette pratique importée de la Chine ancienne. Dans le système actuel, datant de l'époque Meiji (1868-1912), un changement de «gengo» est seulement autorisé lors de l'intronisation d'un nouvel empereur.

Comment nomme-t-on une nouvelle ère au Japon?

La nouvelle constitution créée en 1947, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, révise la Loi de la maison impériale et le système d'ère. La décision est désormais prise par le gouvernement et non plus par l'empereur. Les dernières propositions en lice ont été présentées au futur souverain Naruhito même s'il n'a aucun pouvoir décisionnel. Experts, dirigeants politiques et personnalités d'origines diverses se sont réunis en comité, plusieurs mois durant, pour décider de la nouvelle appellation. Les propositions ont ensuite été présentées au gouvernement qui a pris une décision finale lors d'un conseil des ministres extraordinaire. Le processus est rigoureux: le terme choisit doit être composé de deux idéogrammes faciles à écrire et à lire, être inédit et refléter les idéaux de la nation.

D'où vient le nom «Reiwa»?

«Reiwa» est une appellation historique puisqu'elle n'est pas issue d'un texte chinois. Le terme est en effet extrait d'un court poème japonais «waka», évoquant notamment la nature. Fait que n'a pas manqué de souligner Shinzo Abe, souvent qualifié de nationaliste. L'ère précédente «Heisei» (1989-2019) signifiait «accomplissement de la paix». Elle s'éteindra donc le 30 avril.