<<<<<

 

 

evangelizo.org
l’Évangile au Quotidien
« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68

Voir l'évangile en ligne

 

Samedi 5 Janvier
Férie du temps de Noël (5 janv.)
Calendrier ordinaire
Voir le commentaire ci-dessous

St Charles de Saint-André Houben , Ste Geneviève Torres

En savoir plus

 

 

Première lettre de saint Jean 3,11-21.

Bien-aimés, tel est le message que vous avez entendu depuis le commencement : aimons-nous les uns les autres.

Ne soyons pas comme Caïn : il appartenait au Mauvais et il égorgea son frère. Et pourquoi l’a-t-il égorgé ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises : au contraire, celles de son frère étaient justes.

Ne soyez pas étonnés, frères, si le monde a de la haine contre vous.

Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort.

Quiconque a de la haine contre son frère est un meurtrier, et vous savez que pas un meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui.

Voici comment nous avons reconnu l’amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères.

Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s’il voit son frère dans le besoin sans faire preuve de compassion, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ?

Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité.

Voilà comment nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous apaiserons notre cœur ;

car si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses.

Bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous avons de l’assurance devant Dieu.

 

 

Psaume 100(99),1-2.3.4.5.

Acclamez le Seigneur, terre entière,

servez le Seigneur dans l'allégresse,

venez à lui avec des chants de joie !

 

Reconnaissez que le Seigneur est Dieu :

il nous a faits, et nous sommes à lui,

nous, son peuple, son troupeau.

 

Venez dans sa maison lui rendre grâce,

dans sa demeure chanter ses louanges ;

rendez-lui grâce et bénissez son nom !

 

Oui, le Seigneur est bon,

éternel est son amour,

sa fidélité demeure d'âge en âge.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,43-51.

En ce temps-là, Jésus décida de partir pour la Galilée. Il trouve Philippe, et lui dit : « Suis-moi. »

Philippe était de Bethsaïde, le village d’André et de Pierre.

Philippe trouve Nathanaël et lui dit : « Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. »

Nathanaël répliqua : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? » Philippe répond : « Viens, et vois. »

Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. »

Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. »

Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! »

Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. »

Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

 

Bulle

Saint Nersès Snorhali (1102-1173)
patriarche arménien
Jésus, Fils unique du Père, 85-95 ; SC 203 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 1, p. 114)

« Vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent »

Jacob, le fils cadet d'Isaac et de Rebecca, tu l'as appelé ton bien-aimé, Seigneur ; tu as changé son nom en celui d'Israël (Gn 32,29). Tu lui as révélé l'avenir, en lui montrant l'échelle dressée de la terre au ciel : à son sommet se tenait Dieu, les yeux fixés sur le monde, et sur l'échelle montaient et descendaient les anges... C'était le symbole du grand mystère, comme l'ont dit les hommes que l'Esprit éclairait...

Et moi, pour le bien, je suis aussi le cadet. Pour le mal, assurément je suis un homme mûr, comme l'aîné Ésaü... : j'ai vendu mon trésor pour assouvir ma convoitise (Gn 25,33) et j'ai effacé mon nom du Livre de Vie où sont inscrits dans les cieux les premiers des bénis (Ps 68,29).

Je te supplie, ô toi, Lumière d'en haut, Prince des chœurs de feu. Que pour moi aussi soient ouvertes les portes du ciel, comme elles l'ont été autrefois pour Israël. Mon âme déchue, de grâce, fais-la monter par l'échelle de lumière, signe mystérieux donné aux hommes de leur retour de la terre vers le ciel. Par la ruse du Malin, j'ai perdu l'onction parfumée de ton Esprit ; daigne de nouveau oindre ma tête par ta droite protectrice. Je ne te résiste pas, ô puissant, dans un corps à corps comme Jacob (Gn 32,25), car je ne suis que faiblesse.