<<<<<<

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

Bonjour Robert SABLONG,
 
La dernière déclaration du Ministre de l’Education nationale m’a vraiment inquiétée.
 
Alors qu’il annonçait la fermeture d’une « écoles » clandestine salafiste sur BFM TV (ce que nous saluons), Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale, a assimilé les « écoles » clandestines aux écoles hors contrat.
 
 
 
 
C'est sidérant. Les écoles privées, qu'elles soient liées ou pas par contrat à l'Etat, sont évidemment légales et légitimes. Elles sont soumises à un cadre juridique précis. Elles n'ont donc rien à voir avec des « écoles » clandestines.
 
Le fait d’assimiler les écoles hors contrat aux « écoles » clandestines permet d’assimiler, dans l’opinion publique, les écoles hors contrat, légales, avec les «écoles » clandestines, salafistes ou autres, illégales.
 
Et ce qui m’inquiète encore plus, c’est qu’à ce jour, malgré notre alerte, le ministère n’a pas amendé, ni explicité son propos, ce qui est grave et laisse présager un avenir sombre pour notre liberté.
 
Quelles conséquences en seront tirées demain ? Nul ne le sait. C'est en tout cas une manière choquante de disqualifier les écoles indépendantes dans leur ensemble.
 
Le fait que Jean-Michel Blanquer voie l’essor exponentiel des écoles indépendantes (157 de plus à la rentrée 2018) comme une désertion de l’école publique, l’amène à tout mettre en oeuvre pour restreindre et contrôler les écoles indépendantes, encore plus qu’elles ne le sont déjà.
 
Alors quelle place laissera-t-on à notre liberté d’enseignement ? Elle est constitutionnelle, mais sans cesse attaquée, et en dix ans, je l'ai vue se réduire considérablement.
 
Si nous ne nous battons pas, la liberté d’enseignement se réduira comme peau de chagrin.
 
Nous devons nous battre pour la conserver car c’est elle qui protège notre capacité à choisir l’école de nos enfants. C’est elle encore qui permet à des enfants d’accéder à une école qui répond à leurs besoins, alors que 40 % des enfants de CM2 connaissent de lourdes difficultés dans la maîtrise du lire-écrire-compter-calculer.
 
Pour préserver notre liberté, nous devons établir un rapport de force équilibré afin de faire face au mammouth. Plus nous serons de David, mieux nous tiendrons face à Goliath. C’est pour cela que j’ai besoin de vous.
 
Nous avons besoin de montrer la diversité des écoles grâce à des vidéos, des reportages, un livre, un grand salon des écoles indépendantes. C’est capital pour renforcer leur acceptation par les pouvoirs publics.
 
C’est pourquoi je vous demande de nous faire un don aujourd’hui, aussi généreux que possible !
 
Aidez-nous à préserver votre liberté car, un jour ou l’autre, vous en aurez besoin pour vos enfants et petits-enfants, si ce n’est pas déjà le cas...
 
Votre bien dévouée, dans la joie de Noël qui approche,
 
Anne Coffinier