<<<<<<<

 

evangelizo.org
l’Évangile au Quotidien
« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68

Voir l'évangile en ligne

 

Samedi 22 Décembre
Férie de l'Avent : semaine avant Noël (22 déc.)
Calendrier ordinaire
Voir le commentaire ci-dessous

Ste Françoise-Xavière Cabrini , Bx Thomas Holland

En savoir plus

Premier livre de Samuel 1,24-28.

En ces jours-là, lorsque Samuel fut sevré, Anne, sa mère, le conduisit à la Maison du Seigneur, à Silo ; l’enfant était encore tout jeune. Anne avait pris avec elle un taureau de trois ans, un sac de farine et une outre de vin.

On offrit le taureau en sacrifice, et on amena l’enfant au prêtre Éli.

Anne lui dit alors : « Écoute-moi, mon seigneur, je t’en prie ! Aussi vrai que tu es vivant, je suis cette femme qui se tenait ici près de toi pour prier le Seigneur.

C’est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l’a donné en réponse à ma demande.

À mon tour je le donne au Seigneur pour qu’il en dispose. Il demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie. » Alors ils se prosternèrent devant le Seigneur.

 

 

Premier livre de Samuel 2,1.4-5ab.6-7.8abcd.

Mon cœur exulte à cause du Seigneur ;

mon front s’est relevé grâce à mon Dieu !

Face à mes ennemis, s’ouvre ma bouche :

oui, je me réjouis de ton salut !

 

L’arc des forts est brisé,

mais le faible se revêt de vigueur.

Les plus comblés s’embauchent pour du pain,

et les affamés se reposent.

 

Le Seigneur fait mourir et vivre ;

il fait descendre à l’abîme et en ramène.

Le Seigneur rend pauvre et riche ;

il abaisse et il élève.

 

De la poussière, il relève le faible,

il retire le malheureux de la cendre

pour qu’il siège parmi les princes,

et reçoive un trône de gloire.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,46-56.

En ce temps-là, Marie rendit grâce au Seigneur en disant :

« Mon âme exalte le Seigneur,

exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

Il s’est penché sur son humble servante ;

désormais tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ;

Saint est son nom !

Sa miséricorde s’étend d’âge en âge

sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés,

renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël son serviteur,

il se souvient de son amour,

de la promesse faite à nos pères,

en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »

Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

 

 

Bulle

Benoît XVI
pape de 2005 à 2013
Encyclique « Deus caritas est », § 41 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana)

« Marie rendit grâce au Seigneur »

Le Magnificat de Marie –- portrait, pour ainsi dire, de son âme –- est entièrement brodé de fils de l'Écriture Sainte, de fils tirés de la Parole de Dieu. On voit ainsi apparaître que, dans la Parole de Dieu, Marie est vraiment chez elle, elle en sort et elle y rentre avec un grand naturel. Elle parle et pense au moyen de la Parole de Dieu ; la Parole de Dieu devient sa parole, et sa parole naît de la Parole de Dieu. De plus, se manifeste ainsi que ses pensées sont au diapason des pensées de Dieu, que sa volonté consiste à vouloir avec Dieu. Étant profondément pénétrée par la Parole de Dieu, elle peut devenir la mère de la Parole incarnée.

Enfin, Marie est une femme qui aime. Comment pourrait-il en être autrement ? Comme croyante qui, dans la foi, pense avec les pensées de Dieu et veut avec la volonté de Dieu, elle ne peut qu'être une femme qui aime. Nous le percevons à travers ses gestes silencieux, auxquels se réfèrent les récits des évangiles de l'enfance. Nous le voyons à travers la délicatesse avec laquelle, à Cana, elle perçoit les besoins dans lesquels sont pris les époux et elle les présente à Jésus. Nous le voyons dans l'humilité avec laquelle elle accepte d'être délaissée durant la période de la vie publique de Jésus, sachant que son fils doit fonder une nouvelle famille et que l'heure de sa mère arrivera seulement au moment de la croix. À l'heure de la Pentecôte, ce seront les disciples qui se rassembleront autour d'elle dans l'attente de l'Esprit Saint (Ac 1,14).