<<<<<

 

 

  

La preuve par l'âme

Un polytechnicien démontre notre immortalité - François de Witt

Comprendre les synchronicités

Francois de Witt

 

WIKIPEDIA

 

 

"L'argent détruit les racines partout où il pénètre ....

>>>>>

Peut-on encore soigner l’âme post-Européenne ?

 

 

Et alors ?

.... du paradigme de l'homocoques ....

... symphonie multipolaires

EN L'UNvisible IN-fini vie-à .....

Âme

 

 

 

« Voyager en ÊTre-DEUX-là, c'est grandir.

C'est la grande aventure.

Celle qui laisse des traces dans l'ÂME    

Je crois qu'il est essentiel de comprendre ( ..de vivre EN la vie en ce monde ..) que la construction ( ...  la praxis ...) du monde à partir d'une différence( hcq : de l'altérité fondamentale EN l'UNité H&F) est absolument autre chose que l'expérience de la différence. La vision de Levinas part de l'expérience irréductible du visage de l'autre, épiphanie dont le support est en définitive Dieu comme « le tout Autre ». L'expérience de l'altérité est centrale, car elle fonde l'éthique. Il en résulte, dans une grande tradition religieuse, que l'amour est par excellence un sentiment éthique. À mes yeux, il n'y a rien de spécialement « éthique » dans l'amour comme tel. Je n'aime à vrai dire pas du tout ces ruminations théologiques à partir de l'amour, même si je sais qu'elles ont eu de grands effets dans l'histoire. J'y vois la revanche ultime de l'Un contre le Deux.

En vérité, il y a pour moi la rencontre d'un autre, mais précisément ment une rencontre n'est pas une expérience, c'est un événement qui reste totalement opaque et n'a de réalité que dans ses conséquences multiformes à l'intérieur d'un monde réel.

Je ne vois pas non plus l'amour comme une expérience « oblative », c'est-à dire une expérience dans laquelle je m'oublie au profit de l'autre, lui-même modèle en ce monde de ce qui ultimement me rapporte au tout-Autre. Déjà Goethe disait, à la fin de Faust, que « l'éternel féminin nous emmène en Haut ». Ce sont là, pardonnez-moi, des expressions que je trouve légèrement obscènes. L'amour ne m'emmène pas « en haut » , ni du reste « en bas ». Il est une proposition existentielle : construire un monde d'un point de vue décentré au regard de ma simple pulsion de survie ou de mon intérêt bien compris.

 Ici, j'oppose « construction » à « expérience ». Si, appuyé sur l'épaule de celle que j'aime, je vois, disons, la paix du soir sur un lieu montagnard, la prairie d'un vert doré, l'ombre des arbres, les moutons au museau noir immobiles derrière les haies et le soleil en train de s'absenter derrière les rochers, et que je sais, non par son visage, mais dans le monde même tel qu'il est, que celle que j'aime voit le même monde, et que cette identité fait partie du monde, et que l'amour est justement, en ce moment même, ce paradoxe d'une différence identique, alors l'amour existe, et promet d'exister encore. C'est qu'elle et moi sommes incorporés ( hcq incarnés) à cet unique Sujet, le Sujet d'amour, qui traite le déploiement du monde à travers le prisme de notre différence, en sorte que ce monde advient, qu'il naît, au lieu de n'être que ce qui remplit mon regard personnel.

L'amour est toujours la possibilité d'assister à la naissance du monde. La naissance d'un enfant, si elle est dans l'amour, est du reste un des exemples de cette possibilité.

Alain Badiou >>>

De l'amour ils ont surtout reçu la révélation de l'absolu. Sans doute, comme nous avons tenté de l'élucider, la transe amoureuse suspend-elle toute attente et nous procure-t-elle de la sorte une expérience sensible de l'absolu. Or une telle expérience fait de ceux qui l'ont partagée à la fois des compagnons d'aventure, des initiés, et des célébrants. Impartageable, incommunicable, leur commune découverte a fait d'eux les uniques dépositaires d'un secret. Ce secret, eux seuls le connaissent. Mais chacun n'a pu le connaître que par l'autre. Aussi l'autre n'en est-il pas seulement le témoin, mais aussi le comparse, le complice, le thaumaturge , et le célébrant. Voilà pourquoi chacun dans l'amour se sent uni à l'autre du même lien qui l'unit à l'     Âbsolu. ( hcq : ...à l' Â totalité ..)


Nicolas Grimaldi >>>>

 

-ÂLLELUIÂ+