evangelizo.org
l’Évangile au Quotidien
« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68

Voir l'évangile en ligne

 

Dimanche 4 Novembre
Trente-et-unième dimanche du temps ordinaire
Calendrier ordinaire
Voir le commentaire ci-dessous

St Charles Borromée , St Félix de Valois

En savoir plus

 

Livre du Deutéronome 6,2-6.

Tu craindras le Seigneur ton Dieu. Tous les jours de ta vie, toi, ainsi que ton fils et le fils de ton fils, tu observeras tous ses décrets et ses commandements, que je te prescris aujourd’hui, et tu auras longue vie.

Israël, tu écouteras, tu veilleras à mettre en pratique ce qui t’apportera bonheur et fécondité, dans un pays ruisselant de lait et de miel, comme te l’a dit le Seigneur, le Dieu de tes pères.

Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’Unique.

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.

Ces paroles que je te donne aujourd'hui resteront dans ton cœur.

 

Psaume 119(118),97.99.101-106.

De quel amour j'aime ta loi : tout le jour je la médite !

Je surpasse en sagesse tous mes maîtres, car je médite tes exigences.

Des chemins du mal, je détourne mes pas, afin d'observer ta parole.

De tes décisions, je ne veux pas m'écarter,

car c'est toi qui m'enseignes.

Qu'elle est douce à mon palais ta promesse :

le miel a moins de saveur dans ma bouche !

Tes préceptes m'ont donné l'intelligence : je hais tout chemin de mensonge.

 

Ta parole est la lumière de mes pas, la lampe de ma route.

Je l'ai juré, je tiendrai mon serment, j'observerai tes justes décisions.

 

Lettre aux Hébreux 7,23-28.

Jusque-là, un grand nombre de prêtres se sont succédé parce que la mort les empêchait de rester en fonction.

Jésus, lui, parce qu’il demeure pour l’éternité, possède un sacerdoce qui ne passe pas.

C’est pourquoi il est capable de sauver d’une manière définitive ceux qui par lui s’avancent vers Dieu, car il est toujours vivant pour intercéder en leur faveur.

C’est bien le grand prêtre qu’il nous fallait : saint, innocent, immaculé ; séparé maintenant des pécheurs, il est désormais plus haut que les cieux.

Il n’a pas besoin, comme les autres grands prêtres, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses péchés personnels, puis pour ceux du peuple ; cela, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même.

La loi de Moïse établit comme grands prêtres des hommes remplis de faiblesse ; mais la parole du serment divin, qui vient après la Loi, établit comme grand prêtre le Fils, conduit pour l’éternité à sa perfection.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 12,28b-34.

En ce temps-là, un scribe s’avança pour demander à Jésus : « Quel est le premier de tous les commandements  ? »

Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : ‘Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.’

Et voici le second : ‘Tu aimeras ton prochain comme toi-même.’ Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »

Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui.

L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. »

Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Bulle

Saint François de Sales (1567-1622)
évêque de Genève et docteur de l'Église
Traité de l'amour de Dieu, 10, 11

L'amour de Dieu, source de l'amour du prochain

Comme Dieu « créa l'homme à son image et ressemblance » (Gn 1,26), aussi a-t-il ordonné un amour pour l'homme à l'image et ressemblance de l'amour qui est dû à sa divinité : « Tu aimeras, dit-il, le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur ; c'est le premier et le plus grand commandement. Or le second est semblable à lui : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Pourquoi aimons-nous Dieu ? « La cause pour laquelle on aime Dieu », dit saint Bernard, « c'est Dieu même », comme s'il disait que nous aimons Dieu parce qu'il est la très souveraine et très infinie bonté. Pourquoi nous aimons-nous nous-mêmes en charité ? Certes, c'est parce que nous sommes « l'image et ressemblance de Dieu ». Et puisque tous les hommes ont cette même dignité, nous les aimons aussi comme nous-mêmes, c'est-à-dire en qualité de très saintes et vivantes images de la divinité.

C'est en cette qualité-là que Dieu ne fait nulle difficulté de se dire notre Père et nous nommer ses enfants ; c'est en cette qualité que nous sommes capables d'être unis à sa divine essence par la jouissance de sa souveraine bonté et félicité ; c'est en cette qualité que nous recevons sa grâce et que nos esprits sont associés au sien très saint, « rendus participants de sa divine nature » (2P 1,4). Et c'est donc ainsi que la même charité qui produit les actes de l'amour de Dieu produit également ceux de l'amour du prochain. Tout comme Jacob vit qu'une même échelle touchait le ciel et la terre, servant également aux anges pour descendre comme pour monter (Gn 28,12), nous savons aussi qu'une même dilection s'étend à chérir Dieu et le prochain.

 V