Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

Digestion : les probiotiques sont-ils efficaces ?

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

SANTÉ - Deux études sèment le doute sur la capacité de ces bactéries à rééquilibrer la flore intestinale, même si elles sont bénéfiques lors de la prise d'antibiotiques.

Comment se comportent les probiotiques au contact de notre flore intestinale? Ces organismes vivants, levures ou bactéries, sont souvent recommandés pour prévenir les désordres intestinaux pendant un traitement antibiotique. On les consomme aussi, sous forme de complément alimentaire en vente libre ou dans certains yaourts, avec l'idée de rééquilibrer le microbiote (les milliards de bactéries qui peuplent le tube digestif) et de «booster» le système immunitaire. Mais leurs mécanismes d'action sont finalement mal connus, et leur efficacité encore controversée.

Or deux études publiées la semaine dernière dans une des revues scientifiques les plus prestigieuses, Cell , ont jeté le trouble. Conduit par une équipe de renom de l'Institut Weizmann, en Israël, ce travail de recherche fondamentale remet en question la capacité des probiotiques à s'implanter dans le microbiote humain et à le modifier durablement.

Au moyen d'outils sophistiqués de séquençage à haut débit, les chercheurs ont examiné la présence, dans plusieurs régions de l'intestin, d'un cocktail de onze bactéries qu'ils ont administré à des sujets sains. Ils observent des réponses différentes selon les personnes, certaines tolérant les probiotiques de façon transitoire, tandis que d'autres les rejettent immédiatement. «Chez ces derniers, les bactéries déjà présentes dans le tube digestif ont formé une barrière qui a empêché la greffe des organismes étrangers», analyse l'immunologiste Eran Elinav, auteur principal de l'article.

L'enseignement à en tirer est clair, selon lui: «Les probiotiques ne devraient pas être donnés universellement, à l'aveugle, mais de façon ciblée et adaptée à chaque individu. C'est sur cette approche personnalisée que la recherche doit maintenant se concentrer.»

«Ce n'est pas parce que les bactéries ne s'installent pas dans le tube digestif qu'elles n'ont pas d'effet sur la santé»

François Leulier, directeur de recherche au CNRS

Dans leur deuxième étude, les scientifiques examinent le comportement des probiotiques, cette fois dans un environnement dévasté par un traitement antibiotique. Là, les bactéries étrangères ont bien réussi à coloniser le tube digestif. Problème, leur installation semble perturber et retarder le retour de la flore intestinale originelle.

Ces publications, et plus encore les articles présentant leurs résultats dans la presse britannique, ont créé l'émoi dans la communauté scientifique. Tout en saluant «un travail de grande qualité», François Leulier, directeur de recherche au CNRS, invite à ne pas se tromper dans l'interprétation des résultats: «L'étude contredit l'idée, largement répandue dans le grand public, selon laquelle les probiotiques serviraient à régénérer la flore intestinale, ou à l'enrichir à long terme. Ce n'est apparemment pas le cas, dit-il. Mais ce n'est pas parce que les bactéries ne s'installent pas dans le tube digestif qu'elles n'ont pas d'effet sur la santé, même si ce dernier est transitoire.»

De fait, l'étude israélienne ne s'intéresse pas aux effets des probiotiques sur la santé des participants. Or leurs bénéfices ont été démontrés dans plusieurs indications, notamment dans la prévention des désordres intestinaux liés à un traitement antibiotique. Leur consommation est associée à une diminution de 60 % du risque de diarrhée, a conclu une revue de la littérature en 2017. «Deux probiotiques (la bactérie Lactobacillus gg et un champignon, Saccharomyces boulardii) sont recommandés par les sociétés savantes pour prévenir la diarrhée liée aux antibiotiques, confirme le Pr Harry Sokol, gastro-entérologue à l'hôpital Saint-Antoine. Mais, à l'inverse de l'expérience israélienne, il faut les prendre en même temps que les antibiotiques, avant que le microbiote naturel n'ait été endommagé.»

«Il est essentiel d'examiner les probiotiques sous un angle scientifique pour utiliser ceux qui ont fait la preuve de leur efficacité et rejeter les autres»

Pr Harry Sokol, gastro-entérologue à l'hôpital Saint-Antoine

Selon une étude publiée en 2018, certains probiotiques ont aussi montré un effet positif pour lutter contre les diarrhées provoquées par le rotavirus, le syndrome de l'intestin irritable et les allergies alimentaires. De nombreuses autres recherches portant sur l'obésité ou le diabète suscitent l'espoir.

Directrice de recherche à l'Institut Pasteur de Lille, Corinne Grangette relativise la portée de l'étude et souligne que le cocktail testé ne fait pas partie de ceux qui ont fait leur preuve contre la diarrhée. Il est impossible, selon elle, de tirer des leçons applicables à tous les probiotiques. «On sait que deux souches, y compris de la même espèce, peuvent avoir des effets très différents.»

Le Pr Sokol, lui, insiste sur la nécessité de mieux informer le grand public. «Les probiotiques sont souvent présentés comme le remède miracle à tous les maux. Or il est essentiel de les examiner sous un angle scientifique pour utiliser ceux qui ont fait la preuve de leur efficacité et rejeter les autres.»

Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 17/09/2018. Accédez à sa version PDF en cliquant ici