Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

CHRONIQUE - La lutte à mort engagée contre Donald Trump par les médias et la justice de son pays traduit le refus des élites de se ranger derrière la volonté du peuple américain.

C'est un «résistant». Un héros. Un bienfaiteur de l'Amérique et de l'humanité. Le «haut responsable à la Maison-Blanche» qui, dans les colonnes du New York Times , a déversé sa bile sur Donald Trump, est encensé par les médias américains et occidentaux. Non seulement il dénonce dans le président américain un psychopathe à enfermer d'urgence, mais il conserve l'anonymat pour, dit-il, rester en place afin de limiter les dégâts pour les Etats-Unis et le monde. Un héros, nous dit-on, qui, dans «l'ancien monde», aurait été appelé un «traître», une «taupe», et même un putschiste, puisqu'il ne respecte pas la légitimité d'un président élu par le peuple.

Mais c'est ainsi: avec Trump, tous les coups sont permis. Les médias retrouvent d'instinct le langage orwellien qui inverse la paix en guerre et la liberté en servitude. Avec Trump, le traître devient héros, le président des Etats-Unis devient un tyran et un fou. La démocratie, c'est abattre l'homme élu par le peuple américain.

Et cela dure depuis le premier jour de son élection. Une élection qui a pris par surprise toutes les élites de l'est et de l'ouest du pays - élites économiques, financières, médiatiques, judiciaires, administratives.

Cet « Etat profond », comme l'appelle Trump, a décidé d'avoir la peau de ce Président et de le conduire vers la procédure d'impeachment, comme Louis XVI fut traîné à la guillotine

Cet «Etat profond», comme l'appelle Trump, a décidé d'avoir la peau de ce Président et de le conduire vers la procédure d'impeachment, comme Louis XVI fut traîné à la guillotine. Chaque journaliste, chaque bureaucrate, même les plus haut gradés, chaque juge, rêve d'avoir la peau de Trump comme leurs glorieux aînés ont eu celle de Nixon en 1971. «Nixon le tricheur», lui aussi, avait été le candidat des classes populaires contre l'establishment sorti des campus universitaires des années 1960.

Entre-temps, ces jeunes gens chevelus ont pris tous les pouvoirs à Washington. Et sont bien décidés à ne pas les perdre. Depuis des mois, ils s'efforcent de faire passer Trump pour un espion à la solde de Poutine. Et, comme cela ne marche pas, ils ajoutent désormais la folie.

Cet affrontement, en vérité, dépasse le cas de Trump et même des Etats-Unis. C'est tout l'Occident qui en est le champ de bataille. La guerre inexpiable oppose des élites cosmopolites qui, au nom des valeurs universelles des droits de l'homme, veulent désagréger les peuples et les nations issus d'une histoire séculaire. En face, il y a les peuples occidentaux qui s'efforcent de sauvegarder leur mode de vie, leur identité, leur unité, leur histoire. Des peuples enracinés contre des élites déracinées. La loi de la majorité contre la dictature des minorités. La démocratie contre l'Etat de droit. Des élites qui se parent du titre de «progressistes» et qui, à Paris, Berlin, Bruxelles, Washington ou Los Angeles, traitent avec mépris les «populistes». Des élites qui ont juré d'avoir la peau des antiques nations et des peuples qui ne veulent pas mourir.

 

Ses derniers articles

 

CORRELATs