Note utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

 

 

 

SITES

dedefensa.org
reinformation.tv
Le Saker Francophone
Paul Craig Roberts Institute for Political Economy

jcdurbant ..Tintin au pays des merveilles ..

Attention: une...face... peut en cacher une autre !

European Spectator

Julia KRISTEVA
Philippe SOLLERS ..pile/face ....
Inventing Abstraction 1910-1925
le blog de Patrice de Plunkett
le blog d'Yves DAOUDAL
le fou du roy

 

 ARTICLES

  • .... le Drône de l'Antipresse
<<<<<<<<<<<<<<<<
  •  ... Le Scrutateur.
 <<<<<<<<<<<<<<<<
 
  • Le cerf (mâle) et la biche (femelle) ont donné naissance au faon ( 4ième)
<<<<<<<<<<<<<<<<<
  •  .guerre de religions  ...Kurdes -Turques  .... arméniens
 <<<<<<<<<<<<<<<<<
  •  Sens et Symboles  ...Dr Olivier Soulier
  <<<<<<<<<<<<<<<<
  •   KEPHAS ... la victoire sur notre monde c'est notre foi
  <<<<<<<<<<<<<<<
Eclaircie après la Pluie   

 

                                            >>>>>>>>    
« Croire en la possibilité de connaître une vérité universellement valable n’est pas du tout une source d’intolérance ; au contraire, c’est la condition nécessaire pour un dialogue sincère et authentique entre les personnes. C’est seulement à cette condition qu’il est possible de surmonter les divisions et de parcourir ensemble le chemin qui mène à la vérité tout entière, en suivant les sentiers que seul l’Esprit du Seigneur ressuscité connaît. » Jean-Paul II, Lettre Encyclique Fides et Ratio, 14 septembre 1998, nº 44. >>>>KEPHAS>>>
 
La naissance dans l’étable de Bethléem, la vie parmi les pêcheurs, des publicains et d’autres personnes du commun, la Passion avec touts ses épisodes réalistes et indignes ne convenaient ni au style de l’éloquence sublime ni à celui de la tragédie ou de la grande épopée; un tel arrière-plan, un tel environnement ne convenait guère, d’après les conceptions de l’esthétique augustéenne, qu’à l’un des genres littéraires les plus bas; mais le style bas de l’Ecriture sainte inclut le sublime. Erich Auerbach

>>>>>>>>>>>>>>>>>

Battue par les grêlons de la spéculation, de la marchandisation et de la consommation, la France se meurt peu à peu. Nous n’irons pas cracher sur la Banque, sur Bruxelles ou sur Monsanto car la salive est chose trop précieuse pour être gaspillée sur ces institutions fétides et faute de ne pouvoir agir concrètement pour faire reculer ces temps obscurs, dessinons, écrivons, dans un but pédagogique, afin de réveiller les consciences et de rallumer la flamme de la France Éternelle. le fou du roy

 
 
 
 
Dans les informations concernant le monde contemporain, diffusées quotidiennement, manquent rarement la glorification des mécanismes qui reproduisent la vie sociale : les personnalités dites « dominantes », les comptes en banque les plus fournis, les exaltations libérales, etc. S’y organise la confusion entre l’économie, l’État et la réclame publicitaire. 
Mais on n’a que peu d’écho des cris des peuples et des individus qui ne peuvent guère s’identifier à ces « héros ». Parfois, la compassion officielle fait place à la haine et au ressentiment, mais rarement au cri qui traverse de part en part un monde structuré par un consensus autour du produit national brut. D’ailleurs, du cri, la plupart le craignent, et ne cessent de vouloir l’étouffer, en faisant croire que le cri n’est pas une parole. 
Or, le cri sauve, il n’est ni sauvage, ni démoniaque, ni mystérieux ! Nulle nécessité de le conduire vers des forces « originaires ». Telle est la signification d’une parole qui fait face à la vie sociale de façon brutale, sans doute, parce que cette vie est agressive. Celui qui crie dit quelque chose, car chaque cri lui fait éprouver ce qu’il y a d’indigne dans l’ordre d’un monde qui le contraint à crier pour survivre et chante en même temps : ce monde est le meilleur possible ! ». 
Le cri est par conséquent une parole qui permet à chacun, seul ou en groupe, de ressaisir sa capacité d’agir alors qu’on en est dépossédé. Il restaure la capacité de devenir sujet, en repolitisant le rapport social qui impose de se contenir.