<<<<<<<

Comment communiquer

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Tout en sachant à quel point il est important de communiquer de façon honnête et ouverte dans un couple, il n’est pas toujours facile d’y parvenir.

Il est d’autant plus important, de prendre conscience de ce dont nous avons besoin, afin qu’il nous soit possible de nous ouvrir à notre partenaire.

 

Exprimer ses propres pensées et sentiments n’est pas si évident !

Nous y parvenons seulement si nous sommes certains que notre interlocuteur veut vraiment écouter, ce que nous voulons lui transmettre.

Nous voulons pouvoir faire confiance que nous serons acceptés et que nos paroles ne seront pas jugées. Pour trouver des solutions et des compromis dans un couple, il est indispensable que les conjoints puissent parler ouvertement de leurs besoins et de leurs désirs. Nous sommes disposés à parler de nous-mêmes uniquement si nous sommes sûrs que notre confiance ne sera pas abusée. Pour un dialogue authentique, il est donc nécessaire d’établir une situation de confiance.

La bonne communication commence par une attitude bienveillante envers l’autre, la volonté de le respecter et l’effort de chercher à  comprendre ce qu’il veut dire.

 

L’attitude respectueuse

« Peu importe de quoi nous parlons et comment notre entretien va évoluer, je m’engage à me comporter à tout moment de manière respectueuse et j’attends qu’à ton tour tu me considères de manière respectueuse. » Eric Berne

Cela signifie que nous essayons d’accepter et de permettre à l’autre, d’être comme il est et de ne pas le rejeter par nos paroles. Si nous voulons communiquer de manière ouverte et honnête avec notre partenaire, nous ne devons pas le rabaisser, en le vexant, en le blessant ou en l’attaquant avec des reproches. Nous devrions toujours respecter sa valeur personnelle et si possible même la renforcer. Cela vaut également pour nous-même. Nous ne pouvons pas bien communiquer si nous nous rabaissons nous-même, si en voulant rassurer l’autre nous le prenons sur nous ou si nous nous accusons pour des faits qui ne nous incombent pas. Une attitude respectueuse et positive, envers l’autre et envers nous-même, crée un espace pour une communication libre et sans peur, où chacun peut exprimer ses besoins et ses désirs.

Je sais que je ne sais rien ou S’en tenir aux faits

Nous devrions toujours partir du principe que nous ne savons pas ce que notre interlocuteur pense ou ressent. Pour le savoir, il doit nous le communiquer. Il est important de lui poser des questions bien précises. Cela signifie également que nous devons laisser de côté tous les préjugés et interprétations: voir et écouter ce qui est, au lieu de voir et d’écouter ce qui pourrait ou devrait être. Ainsi, notre  rencontre sera beaucoup plus ouverte et nous pourrons vraiment écouter. Notre partenaire se sentira bien mieux compris.

Communiquer de manière ouverte et authentique

Se parler de manière ouverte et authentique signifie que nous nous prenons nos besoins au sérieux et que nous en tenons compte dans notre relation.

Il importe donc :

  • de nous autoriser à dire ce que nous ressentons et pensons au lieu de dire ce que nous pensons devoir dire
  • de nous autoriser à ressentir ce que nous ressentons au lieu de ressentir ce que nous pensons devoir sentir
  • de demander ce que nous aimerions au lieu de toujours attendre l’autorisation
  • de prendre au sérieux nos besoins et de risquer le conflit au lieu de l’éviter pour préserver l’harmonie

Être authentique et communiquer « vraiment » veut donc dire que nous avons une bonne sensibilité envers nous-même, que nous ne cachons pas nos désirs et nos besoins et que nous osons les montrer à l’autre. Cela ne veut pas dire que nous ne tenons pas compte des besoins de l’autre.

Où en suis-je ? Qu’est-ce que je veux de toi ?

Parfois, nous constatons que dans une dispute ou une discussion avec le partenaire, tout se développe de manière tout à fait différente de ce que nous avons imaginé. Alors, nous devrions prendre un peu de distance intérieure et réfléchir avec quelle intention (peut être inconsciente) nous avons entamé cette discussion.

Qu’est-ce que je veux de toi ? Est-ce que je veux vraiment entrer en contact avec toi pour chercher ensemble une solution ? Ou est-ce que je veux atteindre un certain but ? Est-ce que je cherche à te convaincre de quelque chose ? Ou t’inculper ?

En situation de stress ou de dispute, mais également dans les situations de la vie quotidienne, il est peut-être difficile de rester ouvert au point de vue de l’autre et de ses besoins. Il peut arriver rapidement que nous essayons d’influencer l’autre. Ceci est une attitude très humaine. Si nous cachons notre intention à l’autre, la distance entre nous s’agrandit. L’autre se sent peut-être manipulé, incompris ou mis sous pression. Nous commençons à nous disputer et une solution devient de plus en plus improbable. Il est évident que deux personnes qui vivent ensemble depuis longtemps n’ont pas toujours la même opinion. Pour garder le chemin ouvert vers une solution, il est important de prendre une position claire et nette et de l’assumer. Cela ne veut pas dire que je défends ma position de manière rigide et sans considération pour la position de l’autre. Au contraire, il faudrait que les deux partenaires exposent d’abord leur point de vue, qu’ils s’écoutent et tolèrent leurs points de vue respectifs.

Il n’est certes pas toujours facile de tenir compte de tous ces points à la fois dans la communication. Il faut un certain entraînement et un engagement sincère des deux côtés. Par contre, si nous parvenons à communiquer de cette façon, nous apprenons beaucoup l’un de l’autre. Nous pouvons commencer à voir le monde avec les yeux de notre partenaire et nous le comprenons mieux. Plus nous le connaissons, plus nous pouvons nous adapter dans des situations de crise, sortir de notre chaos émotionnel et gérer les moments difficiles. Notre relation deviendra plus stable et plus vivante.

 

 888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888

 

On s'aime mais on n'arrive pas à se parler !

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Le dialogue est un vrai défi pour le couple : si tous les amoureux désirent se parler en profondeur, beaucoup regrettent pourtant de ne pas y arriver. Pourquoi ces difficultés, et comment les surmonter ?

VOn s'aime mais on n'arrive pas à se parler !

"Nous nous sommes rencontrés et nous avons eu le coup de foudre immédiatement, raconte Paul. Nous avions énormément de points en commun, joie, tendresse, respect, amour, partage, mais il a manqué quelque chose de fondamental, la COMMUNICATION".

Communiquer, se livrer, passer des heures à échanger dans l'intimité, n'est-ce pas le rêve de beaucoup d'amoureux ? Pourtant, reconnaissons-le, nous avons parfois bien du mal à vivre ce fameux dialogue au quotidien, et cela pour diverses raisons.
 

J'ai peur de lui parler car je ne veux pas le (la) perdre

C'est souvent la crainte des tout jeunes couples qui sentent leur "union" fragile. Ils ont peur d’être déçus l'un par l'autre, ou de faire émerger un conflit ou un désaccord grave.

C'est ainsi que beaucoup commencent à vivre ensemble sans oser jamais discuter en profondeur, de peur de voir l'autre partir. Alors quand des divergences arrivent, c'est la panique ! Ainsi, Sandra, 26 ans, a beau vivre avec Luc depuis 3 ans, elle n'ose pas lui dire qu'elle souhaiterait faire plus de sorties avec lui. "J’aimerais qu’on parle mais j'ai peur de sa réaction et je ne veux pas le perdre", dit-elle.

Pour s'aimer, il faut pouvoir parler librement

Que faire ? Prendre au contraire le temps de parler de ce qui est important pour vous, et cela à chaque étape importante de votre relation. Comment espérer former un couple durable si vous ne pouvez parler ensemble en toute confiance ? Et comment durer si vous n'avez posé ensemble aucune base commune : que voulons-nous vivre ensemble ? Voulons-nous prendre un engagement ? Avons-nous un projet de vie commun ? Ce dialogue approfondi est nécessaire pour poser peu à peu les fondations du futur couple.

Et si les désaccords sont trop grands ? Vous pourrez alors rompre sans regret assez vite, en évitant d'aller trop loin et de vous faire mal mutuellement. Le dialogue vous protège et vous permet d'avancer.
 

On n'a rien à se dire !

Cliquez pour acheter le livre.
Cliquez pour acheter le livre.
"Trop de relations entre jeunes avortent parce que le contenu de leur communication se résume à une somme de problèmes personnels : soit ils en ont marre, soit, le problème une fois résolu, ils n'ont plus rien à se dire", écrivent des conseillères conjugales dans leur livre "Ces Amours qui n'avancent pas".

Cette difficulté courante peut avoir plusieurs causes : des relations sexuelles engagées très (trop ?) vite peuvent avoir court-circuité le dialogue. L'intimité créée par la sexualité prend toute la place, mais lorsque l'émotion de la nouveauté s'émousse, les deux partenaires se rendent comptent qu'ils n'ont pas appris à se parler. Là encore, les fondations ne sont pas posées.

D'autres peuvent avoir du mal à exprimer "avec des mots", ce qu’ils ressentent. Soit parce qu'ils ou elles sont timides, effacés, ou n'ont pas l'habitude d'exprimer leurs sentiments. Ce serait, observe-t-on, souvent le cas de l'homme, plus à l'aise pour parler de choses concrètes que de ses émotions. Or une femme attend souvent un échange plus profond et apprécie aussi beaucoup les mots d'amour...
 

On s'aime mais on n'arrive pas à se parler !
Que faire ? Apprenez à vous connaître et passez du temps à vous raconter, à dire qui vous êtes, à parler de votre enfance, de votre famille, de vos goûts, de vos passions, de ce qui est important pour vous. Autorisez-vous à dire "je" pour exprimer ce que vous ressentez, ce que vous aimez, ce que vous vivez. Et permettez à votre amoureux(se) de faire de même en l'écoutant attentivement. Ne soyez ni "paillasson" (je m'écrase, mon avis n'a pas d'importance, je ne suis pas intéressante), ni "hérisson" (je ne parle que pour critiquer, reprocher, protester).

Réservez du temps pour ce dialogue : des repas en tête-à-tête, des promenades ou des voyages en voiture. Si vous êtes toujours en groupe, avec des amis ou de la famille, vous ne pouvez entretenir votre intimité, or l'amour du couple a besoin de ces temps de parole, un peu comme une plante qu'il faut arroser régulièrement. Vous verrez que plus vous parlerez en tête-à-tête, plus vous aurez  de choses à vous dire car votre complicité et votre unité vont grandir.
 

Dès qu'on parle, on se dispute...

Dessins : Laurie Dannus
Dessins : Laurie Dannus
La communication, dit-on, permet de désamorcer les conflits : de fait, si vous prenez l'habitude de vous dire les choses de façon paisible (sans vous agresser) et que vous vous réservez des temps amoureux en tête-à-tête, vous évitez déjà nombre de malentendus et de frustrations.
Mais il serait illusoire de penser qu'un couple puisse éviter totalement les conflits. Deux personnes peuvent s'aimer mais avoir des points de vue différents sur des choix qui peuvent concerner leur couple. Les conflits ne sont donc pas surprenants ni dramatiques, à condition là encore de savoir les gérer.

Que faire ? Voici quelques pistes :
- Repérez les sujets sur lesquels vous vous opposez souvent, et tâchez d'en parler "à froid" pour trouver une entente, quand il n’y a aucune tension entre vous. Car ce n’est pas lorsque vous vous accrochez et que vous êtes submergés d'émotions, que vous pourrez trouver un compromis raisonnable. Evitez aussi les moments où vous êtes fatigués ou fragilisés, par exemple juste avant d'aller vous coucher.
- Apprenez à repérer vos différences de caractère : cela peut vous permettre de mieux comprendre pourquoi l'autre a telle ou telle réaction qui vous énerve. C'est qu'il ou elle a tout simplement une autre façon de réagir.
- Ecoutez avant de rétorquer : Prenez le temps d'écouter l'autre, en cherchant à comprendre ses goûts, ses envies, son fonctionnement. «Qu'est-ce qui te plaît dans les soirées avec les copains ?» Ne lui coupez pas la parole, intégrez ses réponses et ne rétorquez pas trop vite pour ne pas transformer votre discussion en une partie de ping-pong. Celui que l'on écoute se sent aimé. Il laisse tomber ses défenses et peut se livrer davantage car il se sent en confiance.
C'est souvent parce qu'on n'a pas suffisamment respecté ou écouté l'autre que le conflit jaillit.
- Evitez les reproches : quand vous êtes mécontent(e), ne commencez pas la discussion avec un «tu» accusateur ("Tu devrais faire ceci ou cela"), mais avancez plutôt en disant «je» ("Je suis déçu que...")
- Pratiquez le pardon : si vous vous êtes emporté ou que vous avez blessé l'autre, tâchez de reconnaître rapidement vos torts et demandez-vous pardon. Il ne s'agit pas de nier le problème, mais d'éviter de garder des rancoeurs qui pourraient pourrir votre relation.
- Demandez de l'aide : si vous n'arrivez décidément pas à communiquer, n'hésitez pas à consulter un(e) conseiller(e) conjugal et familial. Ces spécialistes ne sont pas là pour "recoller les morceaux" mais aider les couples à mieux s'écouter et se parler. Et cela à tout âge ! On peut même aller voir un conseiller en solo pour parler de ses difficultés.
 

Pour aller plus loin

- Téléchargez le guide pratique "Dix clés pour réussir son couple"
 

Dans la même rubrique :
 
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
  •  
 

Zone de Texte: L'important est d'être conscient de ses relations à soi,  avec ses proches, les autres , les choses, les idées, la création. De ne pas être dupe du Moi Je, mais de prendre conscience de la relationnalité fondamentalement affective de l'être humain. Derrière, seulement, se situe la vérité de la vie

 

 .... nous nous structurons ainsi notre conscience... une image du monde   ( une carte du monde ...une Weltanschauung)  qui par un choc en retour nous transforme à son tour.   ....et par la même change le monde ....  

 

  CREATIONS  

,multiples uns EN Un,

dont l'humain

EN

AUTOGENÈSE

 

l'homocoques,

 un essais de co-participation à l'autogenèse spirituelle

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

de l'ENtre-relationnalité générale ... ?.

questionnements ...?

coqs vers coques..?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

La réciprocité est la relation entre êtres humains à différents niveaux  du JE du NOUS et de l'Â qui permet à chac-un de subir l’action dont il est simultanément l’agent de sorte que la conscience de l’un redouble la conscience de l’autre, et que l’une et l’autre se relativisent pour engendrer une conscience commune aux   différents niveaux  EN NOUS de nos NOUS EN

 une culture .... une identité .. 

EN l'Â totalité

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

...l'informatique à vertigineusement élargit la possibilité NOS ENtre relations ...

...serions-nous, françaises et français d'une vieille Europe aux racines chrétiennes épuisée au seuil d'une  .

(r)-EVOLUTION DE NOTRE CONSCIENCE de bos ENre relation à soi au monde à lunivers ..à la vie

 dont l’importance correspondrait au niveau de la prise de conscience de l'humain

à peu près à celle de la révolution copernicienne au niveau de notre vision du monde et de l'univers

>>>>>

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

« le monde est en malaise faute de pensée »

Benoît XVI

 

Aucun problème ne peut être résolu sans changer le niveau de conscience* qui l’a engendré.

Albert Einstein

 

« L’ordre de l’Univers incarné dans une pensée humaine  .

C’est notre fin ; Le vrai se définit ainsi.»  

«D-ieu est impuissant à faire le bien parmi les hommes ( hcq : ..les humains ...) sans la coopération des hommes ( ... et des femmes ...), de même aussi le démon ( le tentateur-égotique....) à faire le mal.»  

 Simone Weil


Empédocle

  [Ainsi il a appris que l'un naît du multiple]   Cela, nul sage en lui ne le devinerait
Le temps qu'on est vivant, on l'appelle existence
L'existence côtoie le bonheur et les maux
L'homme est néant, avant de naître, après la mort.

En effet, ainsi chacune était auparavant, ainsi chacune sera, et
jamais, je crois,
Le temps immense ne se videra de ces deux soeurs.

Je parlerai des deux : tantôt l'Un croît seul pour exister à partir du multiple,
Tantôt à son tour, s'étant écoulé, le multiple existe à partir de l'Un.
Double naissance et double mort pour les mortels ;
La réunion du Tout enfante et détruit l'une,
L'autre, en sens contraire s'étant nourrie de ce qui se disjoint, prend
son essor.
Aucun de ces échanges continus ne cessent,
Tantôt sous l'effet de l'Amour, tout converge vers l'Un,
Tantôt au contraire chaque chose est emmenée séparément par la haine de
Discorde.
[Ainsi il a appris que l'un naît du multiple]


F:. Goethe, franc-maçons parmi les homo-coqs :

Ne le dites à nul autre qu'au sage,
Car la foule est prompte à l'insulte.
Je veux louer le vivant
Qui aspire à mourir dans la flamme.

Dans la fraîcheur des nuits d'amour,
Où tu reçus la vie, où tu la donnas,
Te saisit un sentiment étrange
Quand luit le flambeau silencieux.

Tu ne restes plus enfermé
Dans l'ombre ténébreuse
Et un désir nouveau t'entraîne
Vers un plus haut hyménée.

Nulle distance ne te rebute,
Tu accours en volant, fasciné
Et enfin, amant de la lumière,
Te voilà, ô papillon consumé.

Et tant que tu n'as pas compris
Ce : « Meurs et deviens »
Tu n'es qu'un hôte obscur
Sur la terre ténébreuse.


Simone Weil

Il s'agit, toujours, d'un rapport avec le temps. Perdre l'illusion de la possession du temps. S'incarner.

L'homme doit faire l'acte de s'incarner, car il est désincarné par l'imagination. Ce qui procède en nous de Satan, c'est l'imagination.


HEIDEGGER

« La question de l’essence de la vérité en tant que dé-voilement de ce qui la dissimule est bien en soi

et d’abord la question du voilement,

donc de la non-vérité au sens le plus large. »


Alain Badiou

...une présentation " sectaire " par Wiki... vu ci-dessous ..

C'est à Rimbaud que vous empruntez la formule « L'amour est à réinventer » et dans votre propre conception de l'amour vous vous appuyez sur de nombreux poètes ou écrivains. Mais avant d'en venir là, il faut peut-être interroger les philosophes. Or, vous avez été frappé par le fait que peu d'entre vous se sont sérieusement intéressés à l'amour, et quand ils l'ont fait, vous êtes souvent en désaccord avec leur conception. Pour quelles raisons ?

Alain Badiou :  La question du rapport des philosophes à l'amour est en effet compliquée. Le livre écrit par Aude Lancelin et Marie Lemonnier, Les Philosophes et l'amour. Aimer, de Socrate à Simone de Beauvoir, le montre très bien. Le livre est d'autant plus intéressant qu'il combine sans aucune vulgarité ni vulgarisation l'examen des doctrines et l'enquête sur la vie des philosophes. En ce sens, il n'a pratiquement pas de prédécesseur. Ce que ce livre met en évidence, c'est que la philosophie oscille entre deux extrémités sur l'amour, même s'il y a aussi des points de vue intermédiaires. Il y a d'un côté la philosophie « anti-amour >, Arthur Schopenhauer en étant le représentant patenté. Celui-ci explique notamment qu'il ne pardonnera jamais aux femmes d'avoir eu la passion de l'amour, parce que c'est comme ça qu'elles ont rendu possible la perpétuation de cette espèce humaine qui pourtant ne valait rien ! Ça, c'est une extrémité. Et puis, à l'autre extrémité, vous avez quand même les philosophies qui font de l'amour un des stades suprêmes de l'expérience subjective. C'est le cas chez Sôren Kierkegaard, par exemple. Pour Kierkegaard, il y a trois stades de l'existence. Dans le stade esthétique, l'expérience de l'amour est celle de la séduction vaine et de la répétition. L'égoïsme de la jouissance et l'égoïsme de cet égoïsme animent les sujets, dont l'archétype est le Don Juan de Mozart. Dans le stade éthique, l'amour est véritable, il expérimente son propre sérieux. Il s'agit d'un engagement éternel, tourné vers l'absolu, dont Kierkegaard fit l'expérience dans la longue cour faite à une jeune femme, Régine. Le stade éthique peut faire transition vers le stade suprême, le stade religieux, si la valeur absolue de l'engagement est sanctionnée par le mariage. Le mariage est alors conçu, non pas du tout comme une consolidation du lien social contre les périls de l'errance amoureuse, mais comme ce qui tourne l'amour véritable vers sa destination essentielle. Il y a cette possibilité de transfiguration ( hcq : ..de métamorphose ..) finale de l'amour quand « le Moi  (...le Moi de la femme et celui de l'homme..le deux formant UN NOUS) plonge à travers sa propre transparence dans la puissance qui l'a posé » , entendons : quand, grâce à l'expérience de l'amour, le Moi  ( ce NOUS ..) s'enracine dans sa provenance divine. L'amour est alors, au-delà de la séduction, et dans la médiation sérieuse du mariage, un moyen d'accéder au

 suprahumain

(  ...à une nouvelle humanité ...une nouvelle culture . ..de nouvelle structures  ..celles de l'homocoques  ... dont les liens sont En la relation de l'amour comm-union ..)  ... >>>>

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

l'homocoques

.... épigénétique ...et suite ....

>...& ...<

.. dont nos mémoires d'ENfant-PAIR-ENts en-portent les traces ...

>...& ...<

 

 

 

 

... en France ..en Europe ...

...L'amour s'est en effet "refroidi »  ... la charité fait face à l'empire aujourd'hui planétaire de la violence....

Cette montée vers l'apocalypse est la réalisation supérieure de l'humanité. Or plus cette fin devient probable, et moins on en parle.

Il faut donc réveiller les consciences endormies.

Vouloir rassurer, c'est toujours contribuer au pire.

René Girard.