"Choisir, c'est renoncer"          

André Gide    

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Publié le 27 Août 2014 par Cha* in Sadness, Depression, Questions

 

     

"Comme, je crois, pour beaucoup de gens de ma génération, l'idée de devoir choisir- quel que soit le domaine, travail, amour, vie quotidienne…- me donne le sentiment que je dois faire le deuil d'une certaine liberté. Et cela m'inhibe. j'ai toujours eu tendance à tenter de tout mener de front, afin de ne pas avoir à faire de choix, ou bien à en déléguer la responsabilité aux autres et au destin. Et puis- sans doute avec l'âge, mais aussi, bien sûr, avec l'analyse- j'ai réalisé très récemment que tout cela était puéril et faussement protecteur. J'ai compris qu'il était, au contraire, très valorisant de prendre des décisions et de s'y tenir. Déjà de s'en découvrir capable. Et aussi parce que c'est le signe d'une confiance que l'on sait enfin s'accorder à soi-même. La preuve d'un certain courage, en tout cas d'une certaine maturité acquise. Et cette phrase de Gide qui, longtemps, m'a paru négative, me semble désormais très libératrice."

Audrey Fleurot

 

J'ai choisi de mettre entre parenthèse une relation qui me pesait. Avec laquelle je me suis torturée pendant trop longtemps. Une relation qui m'a d'abord parue magique, unique, différente et qui m'a fait me sentir comme telle. Et qui s'est avérée dévorante, annihilante, destructrice. Cette relation ne vivait plus que dans un sens, je m'y accrochait pour vivre, j'en étais dépendante. Accro à un vide, un non-dit omniprésent, aux suppositions, aux fantasmes dans lesquels je m'étais enfermée. Au final je me suis accrochée à des souvenirs lointains, à futur impossible.

Epuisée d'avoir consacrée tant d'énergie à cette personne sans que le retour ait été bénéfique pour moi. Triste aussi d'arrêter de vivre pour cette relation qui fait tant partie de ma vie. Soulagée en revanche, délestée d'un poids si lourd. Heureuse d'avoir eu le courage d'appuyer sur pause. Vide de sens, parce qu'il va falloir en trouver un nouveau pour continuer d'avancer. Déterminée à remplacer le vide morbide par un plein progressif et doux.

J'ai CHOISI d'avancer, de me faire un peu plus de bien, d'être plus équilibrée, plus sereine, plus forte, plus lucide, de me lancer dans un avenir inconnu donc incertain.

Pour ce faire je RENONCE à cette relation et aux angoisses qu'elle véhicule, je renonce au fait de me sentir si spéciale dans le regard de l'autre, à cette bizarrerie, je renonce à la douleur et aux ruminations.

Il était impossible de continuer comme ça: d'espérer naïvement que tout s'arrangerait tout seul. En même temps c'est tellement difficile de changer un aspect de notre vie qui nous construit ou nous déconstruit. Comment être sûre qu'on gère le problème par le bon bout? Je ne peux pas vouloir être équilibrée et cultiver en parallèle des relations borderline. Ou réaliser au bout de trop longtemps que ce qui nous paraît essentiel n'est qu'en fait du vent. J'ai fais de cette relation un essentiel. Je me suis trompée. Quand tu réalise ça, alors tu te réappropries ta vie, ton libre arbitre. Tu renonces à des trucs et tu en choisis d'autres.

 

 

 

 

 ....pour l'homocoques  ...

 " la vie ENtre-DEUX

est son choix "

en

France en Europe ...en ce monde ..

... Ici et Maintenant ...

....EN la dynamique venir-de-venir de l'Â Voie de la Vérité de l' Â Vie...

 

 

 

« Nier la famille, c’est nier la vie ! »

 

.. du PAIN QUOTIDIEN ..

    ...fonction d' appréhension de LA VERITE : ... de L'A VIE .. ....de la voie de la vérité de l' Â vie ....

 

En mémoire de moi ....

 

 

....... le livre des sept secrets .......

 

CORRELATs

hcqs

 

 

POUR le MONOcoq ...

..... c'est ne pas renoncer ...à ses plaisir ..

 

 

 

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>