Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>><

Le même auteur reconnaît d’ailleurs qu’il faut abandonner le gradualisme darwinien : la génétique nous oblige à penser à des sauts. Cette remarque est intéressante car, comme le relève encore M. Denton, une évolution de type « saltatoire » est un indice de plus en faveur de la finalité : « Plus le cours de l’évolution se réalise par “sauts”, plus il est crédible qu’il résulte d’un programme interne. Plus les “sauts” sont grands, moins il est crédible qu’ils aient été engendrés par un processus non dirigé. L’immense diversité des conformations que revêtent les êtres vivants sur la Terre ne représente peut-être pas la série exhaustive des formes que peut prendre la vie, mais elle semble s’approcher de près de cet idéal » 28.

Conclusion

18La demande ontologique est puissante chez l’homme, puisque même la science, ou du moins la philosophie nourrie de la science et soumise à la science, s’est efforcée d’y satisfaire, non sans buter sur des difficultés auprès desquelles les croyances du sens commun paraissent d’assez bonnes approximations. Il y avait, pourtant, du mérite à considérer la science, non comme le substitut de la métaphysique, comme elle s’est présentée à son origine, mais comme le prolongement du sens commun, où elle tient bien sa place, sous le signe du pragmatisme. Mais la science ne se confond pas avec la physique, encore moins avec le style classique de la physique. Ce sont des catégories et des formes d’intuition à chaque fois particulières qu’il faut assigner aux différents secteurs de la réalité (microphysique, macrophysique, vivante et humaine) qu’on étudie sous l’angle scientifique. De cette relativité à l’appareil, conceptuel et technique, de l’observation on n’a guère fait mention plus haut. C’est qu’on visait l’ontologie dans le sens métaphysique et traditionnel du terme, dont le sens quinien n’est qu’une habile et très incertaine reprise. Or, sous cet angle nouveau, la cosmologie, armée de ses outils mathématiques, des avancées de la physique théorique, et d’observations multiples qui confortent une théorie standard, apparaît comme particulièrement suggestive pour une ontologie qui ne craint pas de faire appel à la finalité sous la forme du principe anthropique. Du coup la réalité grise offerte par la philosophie physicaliste prend des formes colorées, dont la perception, due elle-même aux avancées scientifiques, confère à ces avancées une dignité nouvelle, comme si elles ne se contentaient pas seulement de satisfaire l’esprit dans son appétit de connaissance relativement aux objets qu’il touche, mais dans son aspiration plus élevée à percer les voiles de la réalité dans son obscur et total devenir. Alors l’Histoire de l’Être n’est plus l’histoire des théories de l’Être, qu’imaginent encore les pourfendeurs de la métaphysique. Et tous les artefacts de la science, mathématiques, théories physiques et biologiques, ainsi que les observations qu’elles permettent, reçoivent une valeur supplémentaire, une dignité ontologique, de cette insertion dans une entreprise où l’esprit scientifique parvient à s’accorder avec l’esprit philosophique.

 

CORRELATs

2) ......."CE QUI N'A PAS DE PRIX "...par Annie Lebrun

3) ....L’espace et le temps des formes de vie.

 

 en homocoques.fr

1) .....et alors ?... apprenons à penser vivre en Nous...

4) ....de la REALité et du REEL... de l' ECART ... à .. l'ENtre-DEUX .

5) .... SENS......à .... SENS du VIVRE ... en .fr .SENS....

6) .... Entre foi et science ... vers la même vérité ....

7) ... l'unicité du savoir ....vu par un scientifique Edward 0. Wilson ... ou l'annonce du Messie ..??

8) .... Et alors ? la renaissance de homocoques ?.

9) .... Une Europe à visage humain ..