Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>><

« Le phénomène de l’esclavage sexuel est un drame » pour « toutes » les femmes candidates à l’émigration clandestine, affirme l’écrivaine ivoirienne Patricia Hourra, auteur de « Christelle ou le destin d’esclave sexuelle » (Éditions Matrice), dans un entretien avec l’AFP.

Q: Qu’est ce qui pousse des femmes à tenter l’aventure vers l’Europe?

R: La pauvreté prend de plus en plus un visage féminin. Les femmes sont contraintes de vivre de petites activités. Elles sont donc des proies faciles pour des personnes qui viennent vendre des rêves en disant qu’il est possible que leur situation change si elles effectuent le voyage vers l’Europe.

La femme a envie d’être autonome financièrement. N’étant pas suffisamment instruite, elle a du mal à accéder aux prêts bancaires et reste confinée aux activités informelles. A la moindre crise ou perturbation sociale, elle va tenter l’aventure.

Enfin, pour les femmes africaines en général et ivoiriennes en particulier, l’homme européen est l’époux idéal. On estime qu’il a des moyens financiers, qu’il est plus attentionné, qu’il ne la bat pas. Partant de ce fait, elles rêvent d’avoir un compagnon européen, et la meilleure chance pour cela est d’être sur le territoire européen.

Q: L’émigration clandestine peut-elle générer l’esclavage sexuel ou la prostitution?

R: L’émigration est motivée par une volonté de mieux-être. Malheureusement pour la femme, l’émigration clandestine n’est pas forcement source de joies. La plupart des femmes se retrouvent esclaves sexuelles dans des maisons closes ou chez des particuliers. Ce sont des femmes traumatisées, même quand elles arrivent à s’en sortir, ce sont des femmes déconstruites qui ne peuvent vraiment plus rien attendre de la vie.

La part des femmes dans l’émigration a augmenté de 25 à 30% cette dernière décennie. Le phénomène de l’esclavage sexuel est un drame pour toutes ces femmes candidates à l’émigration clandestine. […]

France Soir