Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Les 13-17 ans sont plus connectés que jamais, mais leurs habitudes sont moins focalisées sur une seule plateforme.

Le déconnexionnisme ne passe pas par eux. En 2018, 45% des adolescents américains déclarent être connectés «pratiquement toute la journée» selon une étude du Pew Research Center. C'est deux fois plus que lors de la précédente étude similaire réalisée en 2014-15. Et 44% de ces jeunes, âgés entre 13 et 17 ans, déclarent y aller plusieurs fois par jour. Les filles sont plus accros que les garçons: 50% d'entre elles se disent connectées à un service quasiment tout le temps contre 39% des garçons.

- Crédits photo : PewResearch

Entre les deux vagues de l'étude, le smartphone s'est imposé comme un élément omniprésent dans la vie des adolescents: 95% en sont équipés ou y ont accès quand la proportion n'était que de 73% en 2014-2015.

» LIRE AUSSI - Pourquoi la déconnexion est la nouvelle lubie de la Silicon Valley

Et sur quelles applications ou sites ces adolescent(e)s passent-ils le plus clair de leur temps? Les trois plus populaires sont Snapchat,

YouTube et Instagram. 85% des internautes américains utilisent YouTube, 72% utilisent Instagram et 69% utilisent Snapchat. Ce dernier service est celui que les ados disent utiliser le plus (35%) avec YouTube (32%), loin devant Instagram (15%) et Facebook (10%). «Le paysage des réseaux sociaux a complètement changé parmi les ados ces trois dernières années», commente Monica Anderson, qui a dirigé cette étude. Et Facebook est le grand perdant. Dans la précédente vague, ils étaient encore 71% à déclarer l'utiliser Facebook quand ils ne sont plus que 51% en 2018.

Sur ce point, l'étude du Pew Research confirme d'autres résultats. Début mars, le cabinet eMarketer observait que Snapchat attirait les plus jeunes à un rythme plus rapide qu'Instagram. Selon eMarketer, Facebook devrait perdre 2 millions d'utilisateurs américains de moins de 24 ans cette année. L'an dernier, le cabinet d'analystes Piper Jaffray indiquait que Snapchat, connu à l'origine pour ses messages vidéo éphémères, était le réseau social préféré des ados américains.

Comment les ados vivent-ils cette hyperconnexion? Plutôt bien en majorité selon l'étude. 31% y voient un impact très bénéfique, avec au premier chef la possibilité d'être en contact avec ses amis et sa famille. Trouver facilement des infos et rencontrer des personnes avec les mêmes centres d'intérêt sont aussi vus comme les vrais plus apportés par les réseaux sociaux.

Près d'un adolescent sur quatre (24%) estime au contraire que l'impact des réseaux sur sa vie est surtout négative. Le harcèlement en ligne et la diffusion de rumeurs sont la principale raison (27%), loin devant le manque de contact en personne, la vision déformée de la vie des autres et la déconcentration. Enfin 45% des adolescents déclarent ne voir d'impact ni positifs, ni négatifs.

L'étude a été menée entre le 7 mars et le 10 avril 2018 auprès de 1058 parents ayant des adolescents entre 13 et 17 ans et 783 ados de ces âges.