Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

CHRONIQUE - Même en situation de détresse sociale, les femmes restent des femmes, c'est-à-dire des mères.

Le vent sibérien a cessé de souffler depuis huit jours, alors on n'en parle plus. Mais les SDF ne se sont pas évanouis, ni les plans d'hébergement d'urgence. Un détail devrait retenir l'attention: le comportement des femmes dénombrées dans la catégorie des mal-logés. Pourquoi? Parce qu'il ne ressemble en rien à celui des hommes. Il y a là une réalité que les débats sur la théorie du genre et l'égalité homme-femme occultent par réflexe idéologique: même en situation de détresse sociale, les femmes restent des femmes, c'est-à-dire des mères.

Sous le vocable SDF sont confondues deux populations: les «sans-domicile» et les «sans-abri». En examinant le rapport annuel de la Fondation Abbé-Pierre ou les notes de l'Insee, il est facile d'obtenir des données chiffrées sur le sujet. Selon les enquêtes les plus récentes, 143.000 personnes, françaises et étrangères, hommes et femmes, adultes et enfants, sont classées «sans domicile», ce qui ne veut pas dire «à la rue», mais hébergées par des services d'urgence, des centres d'accueil, des logements provisoires, etc. Certaines ont un emploi, même fragile, d'autres vivent du RSA, d'autres encore sont sans ressources. Dans ce nombre figurent quelque 30.000 enfants et de plus en plus de migrants demandeurs d'asile, ce qui a fait augmenter cette population de 50 % en dix ans.

Le «sans-abri» est un phénomène masculin

Les «sans-abri», quant à eux, forment un groupe distinct de quelque 6000 personnes ; ce sont ceux que les équipes du Samu social repèrent dans la rue, le métro, les squats, les toits de fortune. Or, si les femmes représentent près de 40 % des «sans-domicile», elles ne sont plus que 5 % des «sans-abri». Le «sans-abri» est un phénomène masculin.

Ce qui signifie que les femmes cherchent une protection, en particulier pour les enfants, et la sécurité. Souvent victimes de violences et de ruptures conjugales, elles réclament un abri apaisant. Et de l'hygiène. C'est pourquoi elles n'hésitent pas à appeler le 115 (l'appel d'urgence sociale) de même qu'elles recherchent un emploi, quel qu'il soit, parce qu'elles ont en tête de retrouver de la stabilité. N'en déplaise aux théoriciens du genre: l'instinct maternel existe bien, et avec lui le besoin d'un retour à la famille, même après sa destruction.