Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Le pape Benoît XVI insiste sur la supériorité de la loi morale naturelle

 

Synthèse du discours du saint Père - Texte intégral du discours du Saint Père Français

Le Pape Benoît XVI s'est adressé ce matin aux membres de la Commission théologique internationale en conclusion de leur réunion plénière annuelle qui se tient du 1er au 5 octobre, sous la présidence du Cardinal William Joseph Levada.

Benoît XVI a d'abord évoqué le récent document sur l'espérance de salut pour les enfants morts sans baptême, espérant qu'il soit une référence utile aux pasteurs comme aux théologiens, "mais aussi une aide et réconfort pour les fidèles dont les familles ont été frappées par le décès subit d'un enfant avant qu'il ait reçu le bain de la régénération".

Quant au sujet des récents travaux sur la loi morale naturelle, le Saint-Père a dit que cette doctrine "tendait vers deux buts essentiels: comprendre que le contenu éthique de la foi chrétienne n'est pas imposé de l'extérieur à la conscience humaine, mais qu'il constitue une norme inscrite dans la nature humaine. Ensuite qu'en partant de la loi naturelle accessible à toute créature dotée de raison on peut dialoguer avec tous les hommes de bonne volonté comme avec la société civile". La loi naturelle est la "norme écrite par le Créateur dans le cœur de l’homme", qui lui permet de distinguer le bien du mal.

Puis le Pape a rappelé qu'on a perdu de vue "l'évidence des fondements de l'être humain et de son action éthique, ce qui fait que la doctrine de la loi morale naturelle est entrée en conflit avec des conceptions qui la nient. Tout ceci a des conséquences énormes et graves dans l’ordre civil et social."

C'est aujourd'hui une "conception positive du droit" qui domine, "selon laquelle "l'humanité, la société, voire une majorité de citoyens est la source ultime du droit. Et il ne s'agit plus de la recherche du bien, mais de celle du pouvoir, d'un équilibre de pouvoirs. Le relativisme éthique est à la base de cette tendance, dans lequel on voit une des conditions base de la démocratie, le relativisme garantissant selon eux la tolérance et le respect de tous. S'il en était ainsi, la majorité du moment serait source unique du droit, alors que l'histoire démontre que les majorités peuvent se tromper".

"La vraie rationalité n’est pas garantie par le consensus d’un grand nombre, mais uniquement par la transparence de la raison humaine à la Raison créatrice et l’écoute commune de cette Source de notre rationalité", a poursuivi le pape.

Puis Benoît XVI a dit que "lorsque sont en jeu les exigences fondamentales de la dignité et de la vie de la personne, l'institution familiale, la justice sociale ou tout autre droit fondamental de l'homme, aucune loi humaine n'est en droit d'effacer la norme que le Créateur a inscrit en l'homme, sans que la société soit frappée au cœur de ce qui est son fondement. Seule la loi naturelle constitue la garantie pour chacun de vivre libre et respecté dans sa dignité, protégé de toute manipulation idéologique, de tout arbitraire, de toute loi du plus fort. Qui pourrait échapper à cette vérité?".

"Si, par un tragique obscurcissement de la conscience collective, le scepticisme et le relativisme éthique parvenaient à éliminer les principes de la loi morale naturelle, la démocratie serait radicalement touchée dans ses fondements mêmes". Le Pape a ajouté que contre une telle "crise de la civilisation, non seulement chrétienne, il faut mobiliser la conscience des hommes de bonne volonté, y compris non croyants ou fidèles d'autres religions afin qu'ensemble ils rétablissent dans la culture comme dans la société les conditions nécessaires à la prise de conscience de la valeur indispensable de la loi morale naturelle".

Benoît XVI a souligné que du respect de cette loi dépendait "le progrès des individus comme de la société dans la voie d'un réel progrès, conforme à la raison, c'est-à-dire en accord avec la Raison éternelle de Dieu".

Le pape a expliqué que "l’avancée des individus et de la société sur le chemin du progrès authentique en conformité avec la raison droite, qui est participation à la Raison éternelle de Dieu" dépend en effet du respect de la loi morale.

Dans son discours, le pape cite le n. 1955 du Catéchisme de l’Eglise catholique qui dit : "La loi naturelle énonce les préceptes premiers et essentiels qui régissent la vie morale. Elle a pour pivot l’aspiration et la soumission à Dieu, source et juge de tout bien, ainsi que le sens d’autrui comme égal à soi-même. Elle est exposée en ses principaux préceptes dans le Décalogue. Cette loi est dite naturelle non pas en référence à la nature des êtres irrationnels, mais parce que la raison qui l’édicte appartient en propre à la nature humaine". Texte intégral du discours du Saint Père Français

Document sur les enfants morts sans baptême : le pape remercie les théologiens

Le pape Benoît XVI a remercié les théologiens qui ont récemment publié un document affirmant l’espérance de salut pour les enfants morts sans avoir reçu le baptême.

Ce document a été publié en italien et en anglais par la Commission théologique internationale, en avril 2007. [Anglais, Italien]

Le Saint Père a rappelé que ce document est basé sur quelques points essentiels : "la volonté salvifique universelle de Dieu", "l’universalité de la médiation unique du Christ", la "primauté de la grâce divine" et "la sacramentalité de l’Eglise".

Benoît XVI a formulé le vœu que ce document puisse constituer "un point de référence utile pour les pasteurs de l’Eglise et pour les théologiens, ainsi qu’une aide et une source de consolation pour les fidèles qui ont vécu dans leur famille la souffrance de la mort inattendue d’un enfant avant qu’il ne reçoive le lavement de la régénération". Le pape invite à poursuivre la réflexion sur ce thème.

"Il faut en effet pénétrer toujours plus en profondeur dans la compréhension des différentes manifestations de l’amour de Dieu, qui nous a été révélé dans le Christ, envers tous les hommes, spécialement envers les plus petits et les plus pauvres", a-t-il conclu.

Réunion de la Commission théologique internationale


La Commission théologique internationale qui se tient au Vatican du 1er au 5 octobre 2007, débat particulièrement "du projet de document sur la loi morale naturelle, qui a pour but d’approfondir la recherche des bases d’une éthique universelle", indique un communiqué du Saint Siège. La loi naturelle est la loi morale que l’homme tire des exigences de sa nature et de la nature des choses en général.

D'autre part, un document concernant le thème de l’identité de la théologie, de son sens et de sa méthode est à l'étude.

Fondée en 1969 par le pape Paul VI (1963-1978), la Commission théologique internationale, composée d’une trentaine de membres nommés par le souverain pontife, a pour rôle d’aider la Congrégation pour la doctrine de la foi dans l’étude des grandes questions doctrinales. Indépendante du Saint-Siège, même si elle est présidée par le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, disposant d’une pleine liberté académique, elle produit des études qui n’ont pas de statut magistériel.

Ces dernières années, la Commission théologique internationale a en particulier mené une longue réflexion sur les limbes et sur le sort des enfants morts sans baptême. Dans un document rendu public au printemps 2007, elle avait ainsi abandonné le concept des limbes. Benoît XVI

Sources: www.vatican.va 071005 (580)- E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 05.10.2007 - BENOÎT XVI



L'an dernier, les membres de la Commission théologique internationale avaient conclu leur rencontre annuelle par une messe célébrée par le pape Benoît XVI, qui a longtemps présidé leurs travaux lorsqu'il était préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi. Benoît XVI

Autre synthèse Benoît XVI assure qu' aucune loi faite par les hommes ne peut renverser la norme du Créateur

 

 

CORRELATs